Le "Granulateur mobile", la machine à recycler grande gagnante du Concours Lépine

12/05/15 à 14:35 - Mise à jour à 15:58

Le prix du président de la République a été remis à trois artisans alsaciens pour leur invention: le " Granulateur mobile ", une machine capable de fabriquer des combustibles à partir de résidus agricoles. Une découverte qui pourrait révolutionner le recyclage des déchets.

Le "Granulateur mobile", la machine à recycler grande gagnante du Concours Lépine

Le "Granulateur" a reçu le prix du Président de la République lors du concours Lépine le weekend dernier. © iStock

Il pourrait avoir l'air d'un camion de transport banal et pourtant ce "Granulateur" est une véritable usine mobile. Fini les déchets de maïs, de colza ou de raisin qui encombrent les agriculteurs. Le "Granulateur" les transforme pour pouvoir ensuite les réutiliser.

Ce fourgon de 16 mètres de long et 43 tonnes permet de fabriquer des combustibles à partir de résidus agricoles, pour un coût 50 % moins élevé que le fioul ou le gaz, d'après France 3 Alsace.

"Notre unité peut transformer aussi bien la paille de maïs, de colza, d'épeautre, que des sarments de vignes ou des branches" décrit Charles Herrmann, un des créateurs. "La première idée était de récupérer ces déchets, comme faisaient nos grands-pères avec les sarments de vigne pour faire le feu et d'agir sur place pour éviter le coût de transport des matériaux."

Les déchets suivent un cheminement assez précis. Ils entrent dans le "Granulateur" par le toit puis circulent entre les différents broyeurs. La matière obtenue est ensuite nettoyée, pressée et mélangée à de l'eau pour être compactée.

Une création pleine d'avenir

Le camion aura coûté près de 600 000 euros aux trois anciens meilleurs ouvriers de France (chauffage, électricité et serrurerie). Un premier modèle circule déjà sur les routes d'Alsace, mais l'objectif de Charles Herrmann, Philippe Durrhammer et Xavier Rémond est d'apporter de la visibilité à leur invention dans tout le pays, voire de trouver un constructeur pour pouvoir encore grandir. L'Australie et le Canada ont déjà manifesté leur volonté de s'impliquer dans le développement du projet.

Le prix du président de la République décroché samedi dernier devrait grandement les aider pour poursuivre leur projet.

Par Camille Ledun

Nos partenaires