Des ONG belges dénoncent l'"agrobusiness" soutenu par la Banque mondiale

10/10/14 à 15:45 - Mise à jour à 15:44

Source: Belga

Dans le cadre de la campagne internationale "Our land our business", les ONG belges Sos faim, AEFJN, Fian, CADTM, CNCD-11.11.11 et Elf Elf Elf ont organisé une action vendredi, devant la tour des finances de Bruxelles, pour dénoncer les politiques de la Banque mondiale qui favorise l'agrobusiness.

Des ONG belges dénoncent l'"agrobusiness" soutenu par la Banque mondiale

© iStock

Les ONG belges ont plus particulièrement ciblé le projet de la Banque mondiale "Benchmarking the Business of Agriculture" (BBA), actuellement en cours d'élaboration. Cette grille d'analyse projette de répertorier les pays en fonction de la facilité d'y faire des affaires dans l'agriculture. Elle doit permettre d'identifier et de comparer les politiques et réglementations qui limitent l'accès au marché pour les investisseurs dans le secteur agricole, telles que les incitations fiscales ou l'accès aux semences ou aux financements.

Les ONG avancent qu'un tel classement des Etats favorise les investissements étrangers. "Cette logique est exclusivement libérale", estime Manuel Eggen, chargé de recherche et de plaidoyer pour Fian Belgique. "Rhétoriquement, la Banque mondiale assure qu'elle soutient les petits et moyens producteurs, mais cet indicateur concerne les multinationales". Dans une mise en scène, "Mister Banque" a fait monter sur un podium en troisième position "Offshore land" en référence aux paradis fiscaux, en second "Singapong" en rapport au classement de Singapour et Hong Kong comme pays les plus attractifs pour les investisseurs selon l'indicateur Doing business, et en première place "Business land".

Manuel Eggen justifie le choix du lieu de l'action: "le ministère des finances a actuellement la responsabilité de donner les orientations de la Belgique au sein de la Banque mondiale. Pour nous, ce budget provient de l'aide au développement et devrait donc être géré par le ministère chargé de la coopération au développement".

En savoir plus sur:

Nos partenaires