Accord de Paris: où en est le processus de ratification ?

02/10/16 à 18:31 - Mise à jour à 18:30

Source: Afp

L'accord de Paris, qui vise à contenir le réchauffement sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel, entrera en application 30 jours après avoir été ratifié par au moins 55 pays représentant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre.

Accord de Paris: où en est le processus de ratification ?

© Reuters

La première condition est déjà remplie puisqu'avec l'Inde, 62 pays l'ont désormais ratifié.

L'Inde, troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre, a ratifié dimanche l'accord de Paris sur le climat, grand pas vers son entrée en vigueur désormais imminente.

Le document ratifié par New Delhi a été déposé au siège des Nations unies à New York à 10H00 locales (14H00 GMT), a annoncé le ministre de l'Environnement indien Anil Madhav Dave sur son compte Twitter.

Pour entrer en vigueur, l'accord conclu à Paris en décembre 2015 doit être ratifié par au moins 55 pays totalisant 55% des émissions de gaz à effet de serre.

Un seuil désormais à portée de main. Avec l'Inde et ses quelque 4% d'émissions mondiales, un total de 62 pays représentant près de 52% des émissions mondiales ont ratifié l'accord.

La Chine et les Etats-Unis, les deux pays les plus pollueurs, ont contribué à accélérer le processus en ratifiant le texte début septembre.

Aucune cérémonie n'est prévue en Inde.

Soucieux de peaufiner son image écologique, le gouvernement du nationaliste hindou Narendra Modi a choisi la date symbolique du 2 octobre, jour anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, pour ratifier l'accord issu de la COP21.

Le dirigeant du mouvement pour l'indépendance de l'Inde a vécu une existence marquée par une faible empreinte carbone, avait déclaré M. Modi pour expliquer ce choix.

Le président français François Hollande a salué, dans un communiqué diffusé juste avant la ratification formelle, le "rôle moteur" de l'Inde dans la lutte contre le réchauffement climatique.

L'accord de Paris sur le climat vise à contenir ce réchauffement sous le seuil de 2°C par rapport au niveau pré-industriel.

L'Union européenne (total de 12% des émissions), soucieuse de ne pas apparaître à la traîne, s'apprête à emboîter le pas en ratifiant le document dans les jours à venir, au terme d'une procédure accélérée.

- Pari du solaire -

Malgré ses promesses écologiques, l'Inde dépend fortement de ses très polluantes centrales au charbon, qui totalisent près de 60% de sa production d'électricité.

Le géant démographique d'Asie du Sud doit concilier exigence de croissance soutenue (7,6% en 2015/2016), besoins énergétiques grandissants et nécessité de créations massives d'emplois pour les jeunes générations débarquant sur le marché du travail.

"L'Inde est l'une des rares grandes économies qui n'a pas fait la promesse de sortir du charbon", note Joydeep Gupta, directeur du site The Third Pole, spécialisé sur les questions environnementales et climatiques en Asie du Sud.

Pour améliorer son empreinte écologique, New Delhi fait du solaire la pierre angulaire de sa stratégie.

Elle s'est fixée le très ambitieux objectif de porter sa production solaire à 100 gigawatts en 2022, soit une multiplication par plus de dix de ses capacités actuelles.

Selon ces projections, le charbon resterait cependant toujours la première source d'énergie de l'Inde.

Narendra Modi est également à l'origine avec la France de l'Alliance solaire mondiale, destinée à promouvoir cette énergie renouvelable, qui devrait rassembler 120 pays et avoir son siège en banlieue de Delhi.

Si les experts reconnaissent l'engagement véritable du gouvernement Modi en faveur des énergies renouvelables, sa politique en matière d'environnement laisse encore à désirer, selon eux. "Ils ignorent les problèmes de la pollution de l'air, de l'eau, du sol. Et leur attitude n'est pas favorable aux militants écologistes", ces derniers étant perçus comme des obstacles à la croissance par un gouvernement arrivé au pouvoir en 2014 avec une image pro-business, explique M. Gupta.

En 2015, Greenpeace India s'était ainsi vu retirer la licence lui permettant d'obtenir des fonds de l'étranger, avant de voir annulé son permis de travailler dans le pays.

Reste à remplir la seconde condition: avec l'Inde, qui représente à elle seule 4,1% d'émissions mondiales de gaz à effet de serre, le total des pays ayant ratifié l'accord atteint donc 51,89% des émissions, selon les chiffres du site de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (UNFCCC).

Le Canada (1,95% des émissions) pourrait ratifier prochainement le texte tandis que les 28 pays de l'UE (12,08% des émissions selon les chifres de l'UNFCCC) ont donné, vendredi, leur feu vert pour une ratification accélérée, soucieux de ne pas apparaître à la traîne dans la lutte contre le réchauffement.

Pour l'UE, ratifier un tel accord international suppose de le faire en tant qu'Union, mais aussi par chaque Etat membre. A ce stade, seuls quelques membres de l'UE l'ont déjà ratifié, ou quasiment, au niveau national: Allemagne, Autriche, France, Hongrie, Slovaquie, Malte et Portugal.

Les Etats-Unis (17,89%) et la Chine (20,09%), les deux premiers émetteurs de gaz à effet de serre de la planète devant l'Inde, ont annoncé ensemble le 3 septembre la ratification du texte.

L'accord de Paris pourrait entrer en vigueur "avant la fin de l'année", a estimé le 21 septembre le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal, présidente de la COP21 où a été conclu l'accord en décembre 2015, espère une entrée en vigueur avant la COP22, qui débute le 7 novembre à Marrakech (Maroc).

L'accord conclu a été formellement signé par 175 pays en avril à New York. Mais chaque pays doit ensuite, selon ses propres modalités (vote au Parlement, décret, etc.), ratifier le texte, puis déposer aux Nations Unies un document actant l'adhésion.

L'accord de Paris fixe un cadre général à la lutte contre le réchauffement.

La communauté internationale s'est engagée à limiter la hausse de la température "bien en deçà de 2°C" et à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse de la température à 1,5°C". Des objectifs ambitieux au regard du niveau actuel des émissions de gaz à effet de serre. Les experts du climat, regroupés dans le Giec, estiment qu'il faudra réduire les émissions de 40 à 70% entre 2010 et 2050 pour rester en dessous de 2°C.

Nos partenaires