Deux cérémonies d'investiture en Arménie: pour le président et son rival

09/04/13 à 15:17 - Mise à jour à 15:17

Source: Le Vif

(Belga) Le président arménien Serge Sarkissian, réélu pour un deuxième mandat, a été investi mardi à Erevan au cours d'une cérémonie boycottée par l'opposition qui conteste le scrutin et a organisé sa propre manifestation pour "investir" le rival malheureux du chef de l'Etat.

Déclaré vainqueur de la présidentielle du 18 février avec 58,64% des voix, Serge Sarkissian a prêté serment sur la Constitution et sur un Nouveau testament datant du VIIe siècle, devant les membres de l'Assemblée nationale réunie en session extraordinaire au Palais des Sports et de la Culture à Erevan. Au même moment, l'opposition a organisé une manifestation qui a rassemblé plus de 10.000 personnes sur la place de l'Indépendance dans le centre de la capitale, pour "investir" le leader de la "Nouvelle Arménie", Raffi Hovannissian, qui a obtenu 36,75% des suffrages, selon les chiffres officiels. Hovanissian, qui avait observé une grève de la faim en mars pour demander à son adversaire de reconnaître que l'élection avait été falsifiée, a appelé M. Sarkissian à renoncer à ses fonctions. Dans son discours d'investiture, M. Sarkissian, au pouvoir depuis 2008, a déclaré que la priorité de l'Etat au cours des cinq prochaines années serait "le progrès économique" en Arménie, petit pays du Caucase qui souffre depuis 20 ans d'un blocus économique imposé par ses puissants voisins, l'Azerbaïdjan et la Turquie, en raison d'un conflit territorial. L'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux ex-républiques soviétiques, se disputent depuis des années le contrôle du Nagorny Karabakh, une région peuplée majoritairement d'Arméniens qui a fait sécession de l'Azerbaïdjan après la chute de l'URSS. Le "règlement pacifique du problème du Nagorny-Karabakh" figure également parmi les "priorités" fixées par le président Sarkissian pendant la cérémonie d'investiture. De son côté, l'opposition compte poursuivre la mobilisation contre les "nouvelles autorités illégitimes". (Belga)

Nos partenaires