Censure Soir Mag' - Le Soir Magazine en infraction à l'article 378 bis du code pénal

30/01/13 à 15:34 - Mise à jour à 15:34

Source: Le Vif

(Belga) L'ordonnance du tribunal des référés rendue mardi soir et interdisant la publication d'un reportage dans Le Soir Magazine se base sur un article du code pénal relatif au respect de l'anonymat de la victime dans une affaire de moeurs, a indiqué mercredi la RTBF dans son journal télévisé de la mi-journée. Le juge des référés a exigé la censure du reportage, empêchant l'hebdomadaire d'être distribué dans les librairies mercredi.

Il s'agit d'un compte rendu d'audience dans le cadre d'un dossier de violences sexuelles concernant un membre de la famille d'une personnalité publique. Le directeur éditorial du groupe Rossel, Daniel Van Wylick, a précisé à la chaîne publique que la journaliste du Soir Magazine avait fait son travail "très professionnellement, en menant même des interviews". L'avocat de la partie plaignante, Marc Uyttendaele, confirme que la journaliste a parlé avec sa cliente. "Mais sans lui dire qu'elle allait rédiger un article. Et quand elle a commencé à s'agiter et à prendre des contacts autour de la famille de mes clients (...), on l'a suppliée de ne rien publier", a-t-il déclaré à la RTBF. "Elle a invoqué la liberté de la presse mais manifestement elle n'avait pas lu le code pénal", selon Me Uyttendaele. L'article 378 bis protège en effet les victimes d'infraction de moeurs par un droit à l'anonymat. Selon cet article, la publication et la diffusion par la presse "de textes, de dessins, de photographies, d'images quelconques et de messages sonores de nature à révéler l'identité de la victime d'une infraction (de ce type) sont interdites", sauf si celle-ci a donné son accord écrit. M. Van Wylick admet qu'"il y a une infraction sur un point du code pénal". C'est sur cette base qu'il a "décidé d'accepter l'ordonnance" du tribunal des référés interdisant la publication de l'article. (PVO)

Nos partenaires