Véronique Pirotton était une écorchée depuis l'enfance

03/10/16 à 12:18 - Mise à jour à 12:17

Source: Belga

Parties civiles au procès, Nadine Pirotton, la soeur aînée de Véronique Pirotton, et Elise Goffin, la tante de la victime, ont témoigné devant la cour d'assises du Hainaut, lundi matin.

Véronique Pirotton était une écorchée depuis l'enfance

Nadine Pirotton et Elise Goffin. © Belga

Selon ces deux témoins, Véronique Pirotton était une écorchée depuis l'enfance. Ambitieuse et dotée d'une personnalité très forte, Véronique Pirotton était aussi une femme psychologiquement très fragile qui n'a jamais été très heureuse avec les hommes qu'elles a rencontrés.

Nadine Pirotton est la soeur aînée de Véronique Pirotton, mais les deux filles n'ont pas été élevées ensemble car, très jeune, Véronique a été confiée à ses grands-parents maternels, à Waremme. Leur papa, qui buvait beaucoup, ne la regardait pas car il avait souhaité un fils. "Quand elle revenait à la maison le week-end, Véronique pleurait tout le temps, c'était horrible."

C'est dans la littérature que la petite Véronique trouvait son bonheur et c'est donc vers le journalisme qu'elle s'est dirigée, "elle s'est débrouillée seule pour décrocher une bourse et rentrer à l'ULB", confie sa soeur qui qualifie Véronique de femme "écorchée". Car avant ses études universitaires, Véronique a fréquenté le collège Saint-Louis à Waremme où elle aurait eu une relation non consentie avec un professeur, raison pour laquelle elle a déposé une plainte, classée sans suite, des années plus tard.

Nadine ne croyait pas à cette relation, "elle parlait d'un prof de français et de théâtre qui prenait la place du père qu'elle n'avait jamais eu", mais Elise y a cru quand elle s'est rendue dans le bureau de Véronique. "Elle pleurait et m'a tendu son dépôt de plainte que j'ai lue. Personne dans la famille ne s'était rendu compte d'une relation anormale avec le professeur".

Après ses études, Véronique Pirotton s'est mariée avec un Grec, le papa de son fils. "Elle m'a dit qu'elle avait rencontré l'homme de sa vie. Elle est tombée enceinte et ils ont décidé de se marier, civilement en Belgique et religieusement en Crête. Kostis est venu vivre en Belgique, il écrivait beaucoup, mais cela ne rapportait pas beaucoup financièrement", raconte Nadine. Le couple a fini par se séparer.

Et puis, Oswald est entré dans la vie de Véronique Pirotton. Un homme que n'appréciait pas Nadine. J'ai toujours eu un problème avec lui, c'était un donneur de leçon. Je pensais qu'il l'utilisait comme un objet sexuel et je n'ai pas aimé ce personnage. Victor était content car Oswald avait deux garçons mais il se rendait compte qu'il rendait sa mère malheureuse". Pour Elise, Oswald et Véronique ne formaient pas un couple.

Et puis, c'est Bernard Wesphael qu'elle a épousé en août 2012, quelques mois après leur rencontre. La relation a vite battu de l'aile car, selon Nadine, sa soeur attendait un homme fort bien qu'elle qualifie son ex beau-frère de personne gentille, bien qu'elle avait l'impression qu'il jouait un rôle.

"L'élément déclencheur a eu lieu quand il a fallu monter un dossier pour la garde du fils de Bernard Wesphael. Il était arrivé en retard au tribunal et elle était en rage, déçue, car elle avait monté le dossier qu'il avait remis en retard. Et puis, il y a eu la vente de sa maison dont il n'a rien retiré. Il est arrivé chez elle et s'est imposé chez elle. Sexuellement, cela ne se passait plus bien du tout", explique Nadine.

Véronique a aussi confié sa déception à sa tante. "Elle a été très vite déçue de son mariage. Elle me disait qu'il ne faisait rien dans le menage et qu'il ne rangeait rien et n'intervenait pas financièrement. La vente de sa maison n'a servi qu'à payer ses dettes", ce qu'il aurait caché à son épouse. Du côté de la défense, Me Mayence regrette que cette question d'argent soit évoquée "car on ne se marie pas avec un portefeuille".

Les deux femmes étaient au courant des tentatives de suicide de Véronique Pirotton. "J'étais au courant de la dispute avec maman et elle s'est jetée dans la Meuse. Je pense que c'était plutôt un appel au secours. L'autre tentative, qui s'est produite un mois avant le décès, c'est Victor qui me l'a racontée. Elle avait pris des médicaments et elle a tout vomis", poursuit Nadine.

Le 1er novembre, la famille était informée de la mort de Véronique Pirotton, décédée dans la chambre 602 de l'hôtel Mondo à Ostende. "Elle était partie à la mer pour prendre du recul vis-à-vis de Bernard Wesphael mais aussi vis-à-vis de son amant. On a su ensuite que Bernard Wesphael l'avait rejointe", raconte Nadine.

Le lendemain, Nadine a pu voir le corps de sa soeur. "Quand on l'a vue, elle était abîmée, j'ai vu des coups au niveau du cou, un oeil tout tuméfié, l'os du nez cassé". Pour elle, la thèse du suicide n'était pas possible mais elle avoue ne pas l'avoir écartée tout de suite.

Le problème de boisson a été abordé lors de l'audition. Les deux témoins avaient vu Véronique sous l'emprise de l'alcool, notamment lors de fêtes de famille "mais elle était plutôt d'humeur joyeuse". Le vrai problème est apparu bien plus tard, quand Véronique Pirotton sombrait peu à peu dans la dépression, prise au piège entre son mari et son amant.

Nos partenaires