Un mois après les attentats : gouvernement miné, Bruxelles coulé

22/04/16 à 09:51 - Mise à jour à 09:50

Source: Le Vif/l'express

Un mois après les attaques, l'exécutif Michel est affaibli, la société belge plus divisée que jamais, mais apathique. Et la capitale est en train de mourir à petit feu.

Les larmes ont séché. Place au doute, à la colère et aux divisions. Un mois après les attentats de Bruxelles, le monde politique belge est secoué par leur onde de choc. "Il y aura un avant et un après...", proclamait le Premier ministre, la voix étranglée, le soir même de ces attaques qui ont coûté la vie à trente-deux personnes. Il ne croyait pas si bien dire : une démission acceptée et deux autres refusées, une commission d'enquête parlementaire, des polémiques en pagaille, une capitale qui crie au secours. Mais le plus inquiétant dans tout cela, c'est peut-être que le pays semble s'enfoncer dans une forme de léthargie démocratique.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires