Un imam diplômé sera requis pour reconnaître une mosquée

24/11/15 à 19:43 - Mise à jour à 19:43

Source: Belga

Les imams qui prêchent dans les futures mosquées reconnues devront disposer d'un diplôme et cette obligation sera également une condition pour reconnaître les mosquées en Belgique, ont convenu mardi le ministre de la Justice, Koen Geens, et le président de l'Exécutif des musulmans, Noureddine Smaili.

Un imam diplômé sera requis pour reconnaître une mosquée

Koen Geens, ministre de la Justice (CD&V) © BELGA

Le ministre de la Justice s'est entretenu avec le président de l'Exécutif à propos de "la période difficile que la communauté musulmane traverse aujourd'hui", a-t-on indiqué au cabinet de M. Geens.

"Ce fut un entretien constructif avec pour résultat notable que M. Smaili, au nom de l'Exécutif des musulmans, est d'accord avec l'idée d'imposer une exigence de diplôme pour les imams qui travaillent dans les nouvelles mosquées à reconnaître", a précisé le ministre.

Le contenu de la formation doit encore être mis au point. Elle visera à la fois la théologie et des aspects sociaux et sera dispensée dans une Haute école belge ou une université.

"La communauté musulmane a tout à gagner que ses imams bénéficient d'une telle formation en Belgique", a affirmé M. Smaili, imam à Liège, qui au lendemain des attentats de Charlie Hebdo avait déjà plaidé dans ce sens.

"Nous devons évoluer en direction d'un islam européen", a dit M. Geens.

Le ministre se concertera à ce sujet avec ses collègues du gouvernement fédéral et les ministres de l'Enseignement supérieur francophone et flamand, Jean-Claude Marcourt et Hilde Crevits.

En novembre de l'année passée, M. Marcourt avait annoncé le lancement d'un travail de réflexion et de concertation pour créer une formation spécifique pour les imams et professeurs de religions islamiques actifs en Fédération Wallonie-Bruxelles. Au mois de mars, il avait installé une commission "chargée de faire des propositions en vue de favoriser le développement et la reconnaissance d'un islam moderne en Fédération Wallonie-Bruxelles".

Dans un communiqué, le ministre Marcourt indique mardi soir partager "entièrement" la position la position du ministre Geens, se disant prêt à collaborer "plus activement" avec les gouvernements fédéral et flamand pour envisager "de manière cohérente les parcours de formation des imams et aux cadres islamiques actifs en Belgique". M. Marcourt précise d'ailleurs que le rapport de la commission qu'il a mise sur pied à ce sujet en Fédération devrait être présenté "dans les jours qui viennent" au gouvernement de la Fédération.

Nos partenaires