Carole Piront
Carole Piront
Maman et enseignante
Opinion

03/10/17 à 14:43 - Mise à jour à 14:43

Syndicats Enseignants: quand compromis rime avec compromission

Lorsqu'ils cosignent un communiqué de presse affirmant qu'aucune remise en cause d'éléments du Pacte d'Excellence ne peut être envisagée sous peine de voir l'ensemble de celui-ci s'effondrer, de quel côté sont les syndicats ? Du côté des travailleurs qu'ils disent représenter ou du côté du gouvernement ?

Syndicats Enseignants: quand compromis rime avec compromission

© Belga

Ainsi qu'annoncé par plusieurs médias au cours de ces derniers jours, la FGTB-CGSP-Enseignement organisera une grève dans les services publics le 10 octobre prochain en raison d' "une série de choses", dixit M. VERTENEUIL [1], Secrétaire Général de ce syndicat. Celui-ci devrait donc réagir, comme son rôle l'exige, à différentes mesures prises par le Gouvernement au cours de l'été, en matière de pensions, notamment. Mesures qui, de toute évidence, vont à l'encontre des intérêts des travailleurs. A titre personnel, à l'instar de nombreux autres enseignants affiliés à des organisations syndicales, je pense être bien représentée par mon organisme en ce qui concerne la protection de mes conditions de travail et la préservation de mon emploi. Je suis donc bien aise que les syndicats s'inquiètent de ma future pension.

Ce qui m'interpelle, par contre, c'est que ces mêmes organisations syndicales se soient engagées "lourdement, fortement", selon les dires de M-H. SKA [2] au cours de la même émission, dans la "co-construction" du dernier projet pour l'Enseignement du Ministère de l'Education en FWB, le fameux "Pacte d'Excellence" ! La Secrétaire Générale de la CSC va même plus loin en se targuant du fait que cet investissement a constitué un gage de stabilité au coeur de la mini-tempête qui a secoué la vie politique en FWB ces derniers mois ! Plus récemment, ce 27 septembre, c'est E. ERNST qui s'affichait, dans un reportage diffusé dans le JT de 13h de la Une, aux côtés des autres membres de la "Plateforme de Lutte contre l'Echec Scolaire", organisation ouvertement pro-Pacte et surtout, oeuvrant à la défense du très contesté Tronc Commun : considérant que 2/3 [3] des affiliés CSC-Enseignement s'étaient très clairement prononcés CONTRE cette mesure visant réduire d'un an la formation professionnelle de nos jeunes, c'est proprement stupéfiant !

Les organisations syndicales ont, en fait, pleinement collaboré, aux côtés des autres "acteurs de l'enseignement", à la naissance d'un projet porteur d'un grand nombre de mesures qui impacteront inévitablement mes conditions de travail et, in fine, les apprentissages des jeunes qui me sont confiés ! Qui plus est, malgré l'opposition massive à ce Pacte pour un Enseignement d'Excellence de leurs instances régionales!

Dès lors, je m'interroge, légitimement : puisque les grandes organisations syndicales du monde de l'enseignement ont choisi de rallier ce Groupe Central (certes, à coups de "oui, mais..." et de "non, sauf si..." !), dans quelle mesure n'ont-ils pas préféré la compromission à leur habituelle culture du compromis ? Car, lorsqu'ils cosignent, en tant qu'acteurs/auteurs du Pacte, un communiqué de presse affirmant qu'aucune remise en cause d'éléments du Pacte ne peut être envisagée sous peine de voir l'ensemble de celui-ci s'effondrer[4] , de quel côté sont-ils ? Du côté des travailleurs qu'ils disent représenter ou du côté du gouvernement ?

Alors, je vous demande, à vous, Secrétaires Généraux de la CGSP-Enseignement, du Sel-SetCa et de la CSC-E: quelles sont encore les garanties que vous défendrez mes conditions de travail et celles de mes collègues lorsque les premières mesures du Pacte (qui entreront très prochainement en vigueur) auront causé leurs ravages ? Quelle certitude ai-je que vous prendrez fait et cause pour les enseignants malmenés par la mise en oeuvre de ce projet auquel vous avez donné votre blanc-seing? Pourrez-vous être juges et parties alors que vous ne pourrez renier ce que vous avez contribué à mettre en place sans vous décrédibiliser ? Pourquoi devrais-je faire grève pour nos pensions et pas contre ce Pacte qui me touchera bien plus vite et de plein fouet ? L'avenir de notre jeunesse et de notre profession ne mérite-t-il pas autant d'intérêt de votre part que nos pensions ?

Alors, NON ! Je ne participerai pas à votre grève, je ne collaborerai pas à cette manifestation hautement politique mais, à ma façon, et seule s'il le faut, je continuerai à me battre pour que mes futurs élèves, leurs parents, mes collègues et moi-même ne soyons pas les victimes collatérales de l'ambition d'Excellence que vous avez pour nous. Et j'irai là où je suis la plus à même de faire évoluer notre société : dans ma classe ! Mais, je n'oublierai pas car, comme le disait déjà E. ERNST en 2014, au lendemain des élections : "Les enseignants ont de la mémoire !" [5].

[1] "A votre avis", ce mercredi 06 septembre sur La Une.

[2] Ibidem.

[3] CCC de la CSC-ENSEIGNEMENT, Pacte pour un enseignement d'excellence - Avis 3 Position CSC-Enseignement : NON sauf SI..., CSC-EDUC n° 107, Mars 2017, p.10.

[4] http://www.pactedexcellence.be/index.php/lavenir-du-pacte/

[5] BOUILLON P., Eugène Ernst (CSC) : "Les enseignants ont été dupés !" mis en ligne le 10.07.2014, consulté le 27.09.2017 sur la page http://www.lesoir.be/archive/recup%3A%252F595630%252Farticle%252Factualite%252Fbelgique%252F2014-07-10%252Feugene-ernst-csc-enseignants-ont-ete-dupes

Nos partenaires