Stations-service wallonnes : le chaos des sols pollués

02/12/16 à 09:31 - Mise à jour à 09:56

Source: Le Vif/l'express

Officiellement, tout est sous contrôle. Dans les faits, des centaines de stations-service polluées échappent aux écrans radars de la Wallonie. Dossiers manquants, impasse juridique, données erronées... Le Vif/L'Express a exploré la zone d'ombre. Qui pourrait s'étendre à 20 % des sites.

C'est un cimetière environnemental dont on ne connaît pas l'ampleur, ni les conséquences précises sur la santé humaine. Dans la Wallonie pseudo- numérique du plan Marshall pseudo-4.0, il n'existe aucun cadastre centralisé des sols pollués. Pas même au Département des sols et déchets (DSD), sous la tutelle du ministre de l'Environnement, Carlo Di Antonio (CDH). Au fil des législatures, personne n'a jugé utile de s'y atteler sérieusement, à l'inverse de la Flandre et de Bruxelles. Un inventaire pourtant indispensable, dans une Région où les pollutions historiques côtoient, depuis des décennies, les nappes phréatiques et d'innombrables sites réaffectés. Vingt ans après les Pays-Bas, treize ans après la Flandre, la Wallonie s'est dotée, en 2008, d'un décret Sols sans guide technique pendant les cinq années suivantes. Conséquences de ce temps perdu : des études de sol inutiles, des normes purement théoriques, des dépollutions oubliées. Et tant de risques sanitaires tombés aux oubliettes.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires