Radicalisme : pourquoi les prisons ne sont pas prêtes

07/12/15 à 10:09 - Mise à jour à 10:08

Source: Le Vif/l'express

Le plan d'action contre la "radicalisation en prison" de Koen Geens est très laborieux à mettre en route. Voici pourquoi.

Après les attentats de Paris du 13 novembre, le gouvernement Michel a promis que tous les djihadistes belges qui reviennent de Syrie passeraient directement par la case prison. Entre les déclarations d'intention et les actes, il y a parfois de la marge. Après l'attentat contre Charlie Hebdo et le démantèlement d'une cellule terroriste à Verviers, en janvier dernier, le même gouvernement s'était engagé à lutter contre le radicalisme en prison en isolant les recruteurs et les prosélytes. On évalue à 77 le nombre de détenus islamistes radicaux "à surveiller" de près. Qu'en est-il onze mois plus tard ? Côté francophone, la section spéciale prévue à cet effet au sein de l'établissement d'Ittre est toujours vide...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires