Quand le fédéralisme était une utopie

11/04/15 à 08:55 - Mise à jour à 16:00

Source: Le Vif/l'express

Plusieurs écrits de François Perin, l'un des artisans de la transformation de la Belgique en un pays fédéral, sont réédités. L'occasion de redécouvrir cette figure majeure du mouvement wallon, dont les idées ont inspiré les fondateurs d'Ecolo.

Quand le fédéralisme était une utopie

Francois Perin en compagnie de Jean Gol. © BELGAIMAGE

Une démission-désertion, du dépit, et même un soupçon de dégoût. Le 11 juin 1985, François Perin claque la porte du Parti réformateur libéral et met un terme à sa carrière politique. L'intellectuel liégeois justifie son acte en déclarant ne plus pouvoir "cautionner la politique conservatrice" menée par la coalition Martens-Gol, qui rassemble sociaux-chrétiens et libéraux. L'ancien ministre reproche à son président de parti, Louis Michel, de s'éloigner du libéralisme des Lumières pour lorgner la droite dure, incarnée au Royaume-Uni par Margaret Thatcher. Mais la motivation profonde de sa décision réside ailleurs : esprit caustique, inclassable, Perin éprouve le besoin de recouvrer une totale liberté de pensée.

Son geste de 1985 est, à vrai dire, le prolongement d'un autre, survenu cinq ans plus tôt. Le 26 mars 1980, François Perin démissionne, à la surprise générale, de son mandat de sénateur. En plein débat sur la création des premiers gouvernements régionaux, il laisse apparaître l'énorme scepticisme que lui inspire l'avenir du pays. "Je ne parviens plus, en conscience, à croire en l'avenir de notre Etat, lâche-t-il. Il est difficile de rester parlementaire d'un Etat auquel on ne croit plus et dont le système politique paraît absurde." Au cours de sa brève allocution, le sénateur expose les trois maux, "incurables et irréversibles", dont souffre selon lui la Belgique : le nationalisme flamand, la particratie et le pouvoir exorbitant des syndicats.

La Belgique, François Perin ne l'a jamais beaucoup aimée. En revanche, il a longtemps cru que le fédéralisme serait à même de donner au pays un nouveau souffle, une nouvelle cohérence. Cet espoir déçu le fera basculer vers un rejet total de l'introuvable patrie belge, comme l'illustre un florilège de ses écrits, aujourd'hui réédités et commentés par l'essayiste Jules Gheude. "J'ai cru qu'une réforme institutionnelle de type fédéral serait de nature à garantir la cohabitation paisible des deux grandes communautés du pays et je me suis investi politiquement dans ce sens, confessera Perin en juin 2013, trois mois avant sa mort. Mais j'ai compris très vite que le fédéralisme, que nous considérions, nous les francophones, comme un aboutissement, n'était pour les Flamands qu'un moyen de progresser plus vite sur la voie de l'indépendance."

Ecolo et le fédéralisme radical

De 1974 à 1976, Perin intègre le gouvernement Tindemans II, où il obtient le portefeuille des Réformes institutionnelles. Peu après, il se rapproche des libéraux. A la même époque, un bouillonnement nouveau gagne les sociétés européennes. Un peu partout, et notamment en Wallonie, les pionniers de l'écologie politique s'organisent. Cette préhistoire du parti Ecolo est racontée par Benoît Lechat, ancien journaliste à l'agence Belga, dans un livre publié en janvier dernier, quelques semaines avant son décès. L'un des grands mérites de l'ouvrage est de montrer à quel point les écologistes wallons ont été imprégnés par les thèses fédéralistes.

Le père fondateur d'Ecolo, Paul Lannoye, a lui-même été l'un des dirigeants du Rassemblement wallon. Ce physicien namurois, assistant à l'ULB, partage avec François Perin l'idée que la particratie gangrène la Wallonie et que la région a besoin d'un sursaut. Même si les deux hommes se sont distanciés au début des années 1970, leur diagnostic reste identique. "Nous prenons conscience que le combat est d'abord un combat contre nous-mêmes, professe Perin. En Wallonie, que de conservatisme de tout bord, que de bornés et d'aveugles, que de sclérose et de vieillissement ! D'une certaine façon, nous devons être reconnaissants à l'égard des Flamands tentés par l'égoïsme et le goût de l'hégémonie de nous faire sortir de notre inertie !"

Ironie de l'Histoire : c'est à peu près au moment où François Perin quitte la politique que le parti se rallie à des positions plus conventionnelles, ou plus réalistes, et délaisse le fédéralisme radical de ses débuts. La fin d'une utopie.~

François Perin. Une plume, par Jules Gheude, Les éditions de la province de Liège.

Ecolo. La démocratie comme projet, par Benoît Lechat, éd. Etopia.

Nos partenaires