Soraya Ghali
Soraya Ghali
Journaliste au Vif/L'Express
Opinion

12/09/12 à 12:49 - Mise à jour à 12:49

Profs : ce n'est pas la grande misère !

Hier, l'OCDE a dévoilé ses indicateurs sur l'éducation. Certains chiffres interpellent.

Profs : ce n'est pas la grande misère !

© Thinkstock

C'est l'étude comparative qui fait référence dans le domaine de l'éducation. Comme tous les ans, l'Organisation de coopération et de développement économique publie ses indicateurs consacrés aux 34 pays membres, dont la Belgique. Auxquels s'ajoutent l'Arabie Saoudite, l'Afrique du Sud, la Russie, la Chine, l'Argentine, le Brésil, l'Inde et l'Indonésie. Que nous dit ce déluge de chiffres de 570 pages ? Il ne contient pas de grandes révélations. Mais des indicateurs attirent l'attention.

1. L'enseignant belge figure parmi les mieux payés de l'OCDE, avec le Danemark, les USA, l'Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse. Le salaire moyen pour les pays de l'OCDE se situe à 30 358 euros par an. Celui d'un enseignant du secondaire inférieur en Communauté française se situe à 33 275 euros par an. Après quinze ans années d'exercice, il sera augmenté de 25 %.

2. Le salaire des profs a augmenté en Belgique entre 2000 et 2010. Ainsi, il a augmenté de 4,4 % pour les profs du secondaire inférieur. L'exercice est identique pour les autres niveaux d'enseignement. Par exemple, si l'on prend l'année 2000 comme référence, qu'on lui affecte une base 100 et qu'on regarde ensuite la variation du salaire statutaire en euros constants corrigés de l'inflation, on observe que le salaire de tous les enseignants belges a cru. Dans le primaire, il était à l'indice 107 en 2007 et a grimpé à l''indice 111 en 2010. En secondaire supérieur, il est passé de 100 en 2007 à 105 en 2010. L'idée de misère, alors ? Elle serait plutôt liée au manque de moyens au quotidien : des bâtiments en mauvais état, photocopies, peintures...

3. Pénurie de profs : la Belgique s'en sort bien. Parmi les défis pointés par l'OCDE cette année, le vieillissement des enseignants. Dans cinq pays, plus de 40 % des profs du secondaire sont âgés de 50 ans et plus. En Allemagne et en Italie, ce pourcentage dépasse les 50 %. Qu'en est-il en Belgique ? Elle s'en sort bien. Plus de la moitié de nos instits ont moins de 40 ans. Il en va de même pour les profs du secondaire. La proportion de profs de plus de 50 ans est de 35 % en Belgique, alors que la moyenne de l'OCDE est largement inférieure. Bref, la pseudo- pénurie d'enseignants serait, elle, davantage liée à l'organisation de notre enseignement qu'à un manque de moyens.

4. Le taux d'encadrement est élevé (rapport élève/enseignant). Dans le primaire, il est en nettement plus favorable que la moyenne européenne. Dans le secondaire, il est plus favorable que dans tous les pays à l'exception de la Slovénie, du Luxembourg et du Portugal. Certes, tous les profs ne sont pas dans leur classe.

Eh bien, ce n'est pas la grande misère : être enseignant n'est pas le pire des métiers. Si l'on en croit les indicateurs avancés par l'OCDE, en tout cas, les plaintes ne sont pas toujours fondées. Et le sous-financement n'est qu'un sentiment, pas une réalité.

Nos partenaires