Près de la moitié des Belges n'ose pas intervenir en cas d'arrêt cardiaque

23/01/15 à 19:03 - Mise à jour à 19:03

Source: Belga

La Ligue Cardiologique Belge souhaite rassembler un maximum de témoignages de personnes ayant sauvé un autre citoyen touché d'un arrêt cardiaque ou ayant elles-mêmes été secourues par un passant, annonce l'organisation vendredi.

Près de la moitié des Belges n'ose pas intervenir en cas d'arrêt cardiaque

© iStock

Le message de la campagne: "Osez sauver". Via le rassemblement de duos de témoins "sauveur-sauvé" ainsi que la mise à l'honneur des personnes ayant osé quelques gestes simples pour venir en aide à un inconnu touché par un arrêt cardiaque, la Ligue espère encourager davantage de Belges à intervenir dans une situation similaire.

Selon la Ligue Cardiologique Belge, près de la moitié des Belges ne se sent en effet pas capable d'intervenir face à une personne, inconnue ou proche, qui s'écroule à proximité. "En Belgique, 10.000 personnes par an sont victimes d'un arrêt cardiaque en rue, au travail ou à la maison - autant de lieux où tout citoyen belge est potentiellement appelé à poser les gestes qui sauvent", rappelle la Ligue. Les gestes en question sont pourtant simples: appeler le 112, effectuer un massage cardiaque ou encore utiliser un défibrillateur si un tel engin est disponible à l'endroit de l'accident. "Chaque minute gagnée représente 10% de survie en plus", précise le Dr Freddy Van de Casseye, président de la Ligue Cardiologique Belge. L'objectif du projet de la Ligue est de sauver 3.000 Belges de l'arrêt cardiaque chaque année. Les personnes souhaitant partager leur témoignage peuvent le faire en contactant la Ligue ou sur le site www.osez-sauver.be, jusqu'au 6 mars prochain. Les sauveurs du quotidien seront sacrés "Chevaliers du Coeur" 2015 lors d'une rencontre organisée le 12 mars et parrainée par Eddy Merckx.

Nos partenaires