Pourquoi la Chine fait les yeux doux à la Wallonie

04/07/15 à 14:33 - Mise à jour à 14:33

Source: Le Vif

En choisissant Louvain-la-Neuve pour implanter son premier incubateur européen, la Chine parie massivement sur la Wallonie. Damerait-elle désormais le pion à la Flandre ?

Pourquoi la Chine fait les yeux doux à la Wallonie

Le China-Belgium Technology Center, à Louvain-la-Neuve, se profile comme un vaste incubateur dédié au partage technologique. © pg

Les chiffres donnent presque le vertige à la Wallonie : 200 millions d'euros investis, sur 90 000 m², pour accueillir 200 entreprises high-tech de Belgique et de Chine. D'ici deux mois, la construction du premier incubateur chinois d'Europe débutera à Louvain-la-Neuve, dans le parc scientifique de l'UCL. Une fois finalisé en 2017, le China-Belgium Technology Center (CBTC) devrait accueillir 1 500 emplois, dont 60% à destination de travailleurs belges. Cet investissement majeur s'est d'emblée imposé comme l'aboutissement le plus retentissant de la mission royale en Chine, du 21 au 26 juin dernier. La délégation belge comptait quelque 231 représentants issus de tous les horizons.

Au-delà des milliards d'euros qui étaient en jeu sous la forme de contrats privés ou de promesses de partenariat sur le plan économique ou académique, la Chine a donc posé un choix éminemment stratégique et symbolique en pariant sur le sud du pays. La Flandre, elle, reste, pour le moment, sans nouvelle d'un projet de centre d'entreprises chinois de 200 000 m². Celui-ci devait éclore à Willebroek. Baptisé European Market City, il avait été dévoilé il y a près de quatre ans déjà.

Le raisonnement s'inscrit également dans le prolongement d'autres succès win-win engrangés du côté wallon. En mars dernier, l'opérateur chinois U-Tour concluait un accord avec l'aéroport de Liège afin d'y faire transiter ses vols touristiques à destination de l'Europe. Soit un potentiel annuel de 50 000 passagers dès 2015, pour un investissement de 700 000 euros que l'aéroport compte rapidement rentabiliser. Cet exemple s'ajoute à l'épisode, plus médiatique encore, des pandas que la Chine avait confiés à Pairi Daiza en 2013, au détriment du zoo d'Anvers. Là encore, le coût de l'investissement, négocié à un million d'euros par an à charge du parc, devrait rapidement être absorbé par l'importante hausse du nombre de visiteurs qui y est liée.

41 millions investis de 2008 à 2014

Le bilan est en revanche nettement plus modeste dès qu'il s'agit d'aborder les investissements consentis directement en Wallonie par des acteurs chinois. Il en va toutefois de même pour la Flandre et pour Bruxelles. De 2008 à 2014, la Chine a ainsi investi 41 millions d'euros et créé 430 emplois au sud du pays, d'après les calculs de l'Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers (Awex). Le montant inclut les 20 millions d'euros que les partenaires chinois du futur CBTC avaient déjà avancés en guise de mise de départ. Les 21 millions restants totalisent les investissements réalisés en grande partie au départ du China Welcome Office de Mons, inauguré en 2008.

Ce véritable sas d'entrée pour les entrepreneurs chinois en Belgique a accueilli jusqu'à 85 sociétés. Huit d'entre elles disposent toujours d'un bureau dans l'incubateur montois. Parmi les autres noms encore mentionnés dans le répertoire de l'Awex, 16 acteurs ont poursuivi leur parcours de façon autonome dans le reste de la Wallonie, principalement dans le Brabant wallon. Dix-sept ont opté pour la Flandre et neuf pour Bruxelles. Enfin, dix autres entreprises ont finalement migré vers un autre pays d'Europe, ou y ont au minimum conservé une activité de business.

Le dossier, dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

- l'ampleur de la percée asiatique en Wallonie

- la stratégie wallonne

- la cible : la Chine centrale

- le lobbying des pôles wallons

- l'apprivoisement culturel

En savoir plus sur:

Nos partenaires