15/12/14 à 16:13 - Mise à jour à 16:56

"Pourquoi, en tant que patrons, nous soutenons les grévistes et les manifestants"

À l'occasion de la grève, un certain nombre d'entrepreneurs flamands (issus principalement du secteur durable) ont écrit une lettre ouverte dans laquelle ils expliquent pourquoi ils soutiennent les grévistes. "Tous les entrepreneurs de ce pays ne sont pas heureux de la vision à court terme de nos excellences.

"Pourquoi, en tant que patrons, nous soutenons les grévistes et les manifestants"

© Belga

Maintenant que les mesures proposées par les nouveaux gouvernements se précisent, chacun part du principe que les entrepreneurs sont ravis. Les porte-paroles d'organisations d'entrepreneurs applaudissent la nouvelle politique qui diminuerait les coûts salariaux, stimulerait la concurrence et réduirait le rôle de l'état. "Pourtant, beaucoup d'entrepreneurs de ce pays ne sont pas heureux de la vision à court terme de nos excellences".

Partager

Beaucoup de patrons de ce pays ne sont pas heureux de la vision à court terme de nos excellences

Tout d'abord, il y a ce mantra qui dit qu'"il n'y a pas d'alternative". On se demande alors pourquoi continuer à voter pour des hommes politiques qui ne font rien d'autre que ce qui est préconisé par "les lois de la nature de l'économie". Chaque fois, on entend que , "nous avons vécu trop longtemps au-dessus de nos moyens" Comment ça, "nous" ? La crise n'est-elle pas surtout la conséquence de la dérégulation du secteur financier combinée aux mauvaises perspectives de croissance et aux produits financiers non transparents ? Cependant, les banques ont dû être sauvées - avec l'argent du contribuable - et donc il faut inévitablement serrer la ceinture. Cyniquement, l'état a manqué l'occasion de mettre de l'ordre et l'on peut s'attendre bientôt à une nouvelle bulle financière. Les citoyens paieront-ils à nouveau les erreurs des banquiers et des politiques ?

Les générations à venir

On entend toujours que chacun doit contribuer équitablement. Jamais encore, l'écart entre "ce que nous disons" et "ce que nous faisons" n'a été aussi profond. Un impôt sur la fortune ou un système d'impôts plus juste sont non négociables par le gouvernement Michel, tout comme le système cher et polluant de voitures de société. Ce seront principalement les travailleurs qui paieront la facture et les personnes qui ne travaillent pas sont considérées comme des profiteurs responsables de ce qui leur arrive. Les entrepreneurs, nous donc, sommes les bons dans cette histoire en noir et blanc, même si certains entrepreneurs utilisent des astuces juridiques de pointe pour payer un minimum d'impôts. Il ne fait aucun doute qu'un grand nombre d'indépendants obligés de travailler très dur pour s'en sortir seront directement et indirectement touchés par cette politique de réduction.

Et puis il y a le discours sur les générations à venir. Tous ceux qui n'acceptent pas la politique proposée imposeraient un avenir terrible à leurs enfants et petits-enfants. Il y a effectivement de très sérieuses raisons de nous inquiéter pour l'avenir des générations futures. La perte de biodiversité, la pollution chimique croissante, les conséquences pour la santé des particules fines et surtout le changement climatique. En cas de maintien de la politique actuelle, rien que ce dernier problème peut rendre la planète invivable d'ici la fin du siècle. Sur le plan du climat et de l'environnement, les gouvernements se montrent particulièrement frileux. S'il est effectivement difficile d'échapper aux normes de l'Europe, ils estiment que la politique climatique ne peut en aucun cas compromettre la croissance économique. Ils font preuve d'un manque total d'ambition et de vision. Leur seul objectif est de garder ce que nous avons, même si nous hypothéquons l'avenir des générations à venir.

Justice sociale

Il existe de nombreux entrepreneurs, des indépendants, des entreprises familiales et de coopérations qui optent délibérément pour un entrepreneuriat social. Ces entrepreneurs ne peuvent pas se contenter de ce gouvernement qui refuse la concertation autour d'une organisation différente de l'économie au service de la société et d'une meilleure vie. Les mesures proposées entraîneront davantage de stress et de burnouts, plus d'inégalité et d'incertitude. Tout est misé aveuglément sur la croissance économique et la réduction de l'état, dans l'illusion que ces mesures garantiront la prospérité et les emplois alors que beaucoup de pays européens réalisent qu'il s'agit là d'une recette qui les fera sombrer encore davantage.

Nous croyons à l'existence de recettes et d'idées qui combinent une économie saine à une justice sociale et une politique environnementale dynamique. Pensez à une redistribution du travail disponible, l'internalisation de coûts liés à l'environnement (une taxe de carbone), ou le passage à une société sans combustion fossile. Cela rapporterait plus de prospérité et de travail que toutes les mesures de tous les nouveaux gouvernements réunies.

Aussi les entrepreneurs soussignés souhaitent-ils se joindre aux milliers de grévistes et manifestants qui descendent dans la rue pour une approche juste et durable.

Thomas De Maeseneer, Hota cvba, entrepreneur en constructions de charpentes en bois

Steven Vromman, conseiller en projets durables

Alexis Versele, Bruno Deraedt, Stefanie Neerinck, BAST architects & engineers cvba

Bram Klüssendorf, Jan Van de Gracht, Hans Mathys, Peter Coudeyns, Michael Fockedey, Tintelijn cvba, entreprise de peintres et de peintures naturelles

Dirk Vansintjan, collaborateur de projets et administrateur Ecopower cvba

Dries Van Gils, Tuub, le fabricant de vélos qui roule à vélo

Els Van Overstraeten, interprète freelance

Geert De Vuyst, marketing durable et fondateur d'ecofun.be

Karel Loontiens, Aardig Gedacht, constructions éco-esthétiques

Kristof Gevers, Biobuild bvba, entrepreneurs

Len Van Renterghem, traduction et sous-titres

Lieve De Meyer, agence de traduction et d'interprétation

Ludwig Van Wontergem, Stoomop

Mattijs Cottenier & Zlatan Dzanovic, atelier de vélos Up-Cycling Gand

Nathalie Garrein, Collages

Pieter Jan Janssens, Boris Basquin et Liesbeth Janssens, Lab15 cvba, entrepreneur en constructions en charpente de bois

Saskia De Muynck, Balansana

Stefan De Coster, Casa de Ciclistas, Gand

Werner Musenbrock, Brick-a-brock

En savoir plus sur:

Nos partenaires