Nicolas De Decker
Nicolas De Decker
Journaliste
Opinion

17/11/15 à 15:07 - Mise à jour à 02/12/15 à 10:52

Philippe Moureaux, une certaine idée de l'élégance

Philippe Moureaux est un homme intelligent. Il est érudit. Il a beaucoup vécu et il a beaucoup lu.

Philippe Moureaux, une certaine idée de l'élégance

Philippe Moureaux © Belga

Philippe Moureaux est historien.

Il aime Karl Marx et Fernand Braudel.

Il sait du premier que l'homme seul ne fait pas arbitrairement l'histoire, que ses conditions sont directement données et héritées du passé.

Et il sait du second que l'histoire ne se comprend qu'à travers ses temps longs.

Alors quand on a annoncé, samedi déjà, que certaines des brutes du vendredi 13 étaient passées par Molenbeek, et quand on l'a confronté à certaines attaques un peu bêtes et un peu basses de ses anciens collègues politiciens, même de certains qui étaient ministres, on était un peu content.

On allait recevoir une leçon magistrale.

Philippe Moureaux l'intelligent allait expliquer que le terrorisme naissait de la frustration, que la frustration naissait de la relégation, et que la relégation naissait de la pauvreté. Que sa commune, Molenbeek, était pauvre. Et qu'un bourgmestre, fût-il en place depuis vingt ans, n'avait aucune prise sur la pauvreté.

Philippe Moureaux le marxiste allait expliquer que les pouvoirs locaux, toujours plus abandonnés par des autorités de tutelle toujours plus enclines aux économies, renonçaient toujours plus à sortir leurs populations les plus fragiles de la désespérance.

Philippe Moureaux l'historien allait expliquer qu'un bourgmestre, fût-il en place vingt ans, n'avait aucune prise sur les flux et les reflux du terrorisme mondialisé.

Philippe Moureaux l'admirateur de Braudel allait expliquer que si les jihadistes étaient proportionnellement plus nombreux à Molenbeek que dans d'autres communes bruxelloises, c'est parce qu'à Molenbeek habitent davantage de personnes issues de régions du monde proportionnellement plus tentées que d'autres par le jihadisme. Et qu'un bourgmestre, fût-il en place depuis vingt ans, n'avait aucune prise sur les flux et reflux de l'immigration mondialisée.

Philippe Moureaux l'érudit allait expliquer qu'un bourgmestre, fût-il en place depuis vingt ans, ne peut pas se mettre dans la tête de ses cent mille concitoyens.

Et puis finalement, au diable les temps longs, et tant pis pour les conditions directement données et héritées du passé.

Philippe Moureaux a expliqué que tout ça, c'était la faute d'une bourgmestre en place depuis deux ans et demi, affiliée à un autre parti que le sien.

Et là Philippe Moureaux, l'intelligent, l'érudit, l'historien qui a beaucoup lu et beaucoup vécu, le disciple de Marx et de Braudel, Philippe Moureaux, Ministre d'Etat, a réagi comme le dernier troll apraxique du dernier des réseaux sociaux. Il avait l'occasion de donner une hauteur historique à cette hystérie médiatique. Il s'en est servi comme un Zemmour de conseil communal.

En savoir plus sur:

Nos partenaires