Nuisances des avions: on ne peut troquer la santé des Bruxellois contre de l'argent

10/09/15 à 18:03 - Mise à jour à 18:27

Source: Belga

Par la proposition de son chef de groupe au parlement bruxellois Vincent De Wolf de taxer les avions survolant Bruxelles, le MR démontre clairement son acceptation des routes actuelles, ont déploré jeudi les FDF. La santé et la qualité de l'environnement "ne s'achètent pas", ont-ils indiqué dans un communiqué.

Nuisances des avions: on ne peut troquer la santé des Bruxellois contre de l'argent

© Image Globe

La proposition évoquée jeudi par 'La Libre Belgique' avance un montant de 10 euros et une modulation selon un coefficient tenant compte du niveau sonore de l'avion et de l'horaire du vol. Cette hausse de charge sera répercutée sur le consommateur mais, selon M. De Wolf, de façon limitée.

Le MR a calculé qu'une telle taxe rapporterait de 15 à 20 millions d'euros à la Région. Pour Caroline Persoons, présidente des FDF bruxellois et députée à la Région, "la rage taxatoire de Vincent de Wolf couplée à la rage de concession de la ministre (de la Mobilité, Jacqueline) Galant face aux lobbies flamands n'aide en rien le combat des citoyens densément survolés. L'opacité MR n'apporte une fois de plus aucune éclaircie dans le ciel bruxellois. Cette taxe serait comme les deniers de Juda: on trahit les Bruxellois mais contre une taxe".

Par ailleurs, les FDF bruxellois ont rappelé leurs demandes principales, parmi lesquelles, l'extension de la nuit de 22h00 à 07h00, en tendant vers la fin progressive des vols de nuit, dans un cadre européen; une étude épidémiologique des populations survolées; la création d'une autorité de contrôle indépendante et transparente quant au respect des normes de vent; le développement d'une stratégie aéroportuaire à l'échelle du pays; ou encore la fixation claire de plafonds de trafic.

Y a-t-il encore un pilote dans l'avion au MR ?

La proposition de nouvelle "taxe avion" ne répond en rien aux attentes des Bruxellois. Elle n'est qu'une tentative ratée de masquer l'inaction de la ministre fédérale de la Mobilité, Jacqueline Galant (MR), a affirmé jeudi le mouvement bruxellois "Pas Question".

"Après un bon départ, sous l'impulsion de (Premier ministre) Charles Michel, qui a mis en oeuvre le moratoire auquel il s'était engagé, force est de constater que plus personne n'est au commande de l'avion. Depuis près d'un an que la ministre Galant est en fonction, elle n'a rien fait, si ce n'est aggraver la situation de centaines de milliers de Bruxellois", a commenté le mouvement citant notamment le renvoi, le 19 juin dernier, des vols de nuit sur la route du canal, les vols de nuit sur la route du canal, l'absence de suppression des autorisations de vols "illégales" données à DHL pour exploiter de nuit des Boeing B-777, l'"incapacité" de la ministre de contrôler Belgocontrol, alors que le moratoire n'est pas pleinement respecté, sa "capitulation face aux lobbys de l'aéroport dans le dossier Ethiopian Airlines", avec pour conséquence une augmentation des nuisances à Bruxelles et le risque d'une perte de 400 emplois à Liège...

"Ce n'est pas une nouvelle taxe qu'il faut dans ce dossier, mais ce sont des actes. Il est urgent, comme c'est le cas partout ailleurs en Europe, de réduire les nuisances aériennes de nuit et de minimiser le nombre de victimes du survol", a enfin dit le mouvement citoyen "Pas Question". Il demande que le MR commence par respecter immédiatement la loi, et les normes de bruit bruxelloises, l'accord de gouvernement et l'intérêt général, et qu'il développe un plan durable, basé sur l'évitement du survol des zones densément peuplées, comme Bruxelles.

Nos partenaires