Mort de Mawda: Mise en place d'une commission d'enquête parlementaire "prématurée"

22/05/18 à 09:15 - Mise à jour à 11:40

Source: Belga

La mise en place d'une commission d'enquête parlementaire pour faire la lumière sur les circonstances de la mort jeudi de la fillette kurde Mawda semble une option "prématurée" aux yeux du député fédéral Frederic Daerden (PS). "J'ai le sentiment que ce n'est pas l'heure de politiser les choses", a-t-il indiqué mardi sur les ondes de la Première.

Mort de Mawda: Mise en place d'une commission d'enquête parlementaire "prématurée"

© Belga

Le décès de l'enfant, survenu lors de l'interception par la police d'une camionnette transportant des migrants, a suscité une vive polémique politique. "C'est avant tout un drame humain avec une victime innocente, de surcroît un enfant. Une enquête sérieuse doit être menée par des professionnels pour dégrossir et voir ce qu'il s'est passé", a estimé le socialiste francophone.

"Je ne suis pas sûr que c'est via les parlementaires qu'on puisse avoir des éclaircissements dans une première phase", a-t-il ajouté. Alors que la co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi a mis en cause la responsabilité du gouvernement dans l'incident qui a conduit à la mort de la fillette, M. Daerden a reconnu "un climat particulier anti-asile en Belgique", tout en estimant que "lier ce contexte avec le drame" lui paraissait "être un raccourci".

Lors de son interview, le député est par ailleurs revenu sur les propos du Premier ministre Charles Michel (MR) qui fustigeait dernièrement une "trumpisation de la gauche francophone". "Un chef de gouvernement doit être au-dessus de la mêlée et accepter la contestation au niveau du parlement fédéral", a jugé l'élu PS, d'après qui la trumpisation est plutôt "parfois dans le gouvernement".

A ce propos, il a rappelé que le quotidien New York Times avait récemment qualifié le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), de "Trump flamand".

La famille de Mawda est venue consulter le rapport d'autopsie

La famille de la petite Mawda, et leurs avocats, étaient présents à la cour d'appel du Hainaut à Mons mardi matin pour consulter le rapport d'autopsie de la petite fille tuée d'une balle tirée par un policier lors de la nuit de mercredi à jeudi sur l'autoroute E42. "Les parents souhaitent la justice pour leur fille. Nous n'avons pas de raison de douter de l'autopsie", a commenté Me Olivier Stein, leur avocat.

Les parents souhaitent pouvoir organiser les obsèques de leur fillette au plus vite. "On espère que la famille puisse avoir une réponse à toute une série de questions et avoir accès au rapport médico-légal de manière à ce qu'on sache si on est dans une situation où on peut enterrer la petite". Une contre-expertise pourrait être envisagée. Vers 11h, la famille a été accueillie à la cour de justice.

Nos partenaires