Moins de chômage complet qu'avant la crise

22/03/12 à 19:02 - Mise à jour à 19:02

Source: Le Vif

Le chômage complet a atteint l'an dernier un niveau inférieur à celui de 2007 avant la crise, ressort-il du rapport annuel 2011 de l'Office national de l'emploi (ONEm), présenté jeudi après-midi. L'emploi a par ailleurs connu une forte progression avec une création nette de 56.000 unités.

Moins de chômage complet qu'avant la crise

Le nombre de chômeurs complets indemnisés demandeurs d'emploi recensés par l'ONEm a reculé en 2011 de 16.603 unités pour s'établir à 421.823 en moyenne mensuelle, soit une baisse de 3,8% par rapport à 2010. Il s'agit d'un niveau inférieur à celui d'avant-crise.

Le nombre de chômeurs complets indemnisés non demandeurs d'emploi a également diminué en 2011 (-7%), tout comme le nombre de prépensionnés (-1%) pour la première fois depuis 2002. Le taux de chômage indemnisé au sens large - qui englobe tous les chômeurs complets indemnisés, demandeurs d'emploi et non-demandeurs d'emploi, ainsi que les prépensionnés - est le plus bas des 25 dernières années.

Le chômage temporaire, qui avait été fortement utilisé durant la crise, est revenu à un niveau moyen. Il a diminué de 27% en moyenne journalière en 2011, après une diminution de 18% en 2010. Les créations d'emploi se sont chiffrées à 56.000 unités, dépassant ainsi largement les prévisions initiales, qui tablaient sur près de 13.000 nouveaux emplois.

Le nombre d'allocataires de l'ONEm a chuté de près de 20.000 unités par rapport à 2010 pour s'établir à 1,28 million (-1,6%) l'an dernier. Le nombre de chômeurs indemnisés et prépensionnés a diminué de 24.969 pour s'établir à 661.223 (-3,6%), alors que le nombre de travailleurs aménageant leur temps de travail, notamment au travers de crédit-temps ou d'interruptions de carrière, a progressé de 5.754 unités à 271.953 (+2,2%). Le nombre de travailleurs soutenus par l'ONEm (travailleurs à temps partiel, chômage temporaire, ...) est, quant à lui, resté plus ou moins stable (354.012) avec une baisse de 0,3%.

Les dépenses de l'ONEm se sont chiffrées l'an dernier à 11,1 milliards d'euros."Malgré les bonnes performances de notre marché du travail ces dernières années, le nombre de chômeurs complets indemnisés et de prépensionnés reste important. Les taux de sortie vers l'emploi restent faibles, en particulier pour les groupes à risque et le nombre de chômeurs à longue durée reste élevé, même s'il a fortement reculé chez les moins de 50 ans", souligne l'ONEm dans son rapport.

L'Office prévoit encore une augmentation des vacances d'emploi dans les prochaines années, en raison notamment du départ à la retraite des nombreux travailleurs issus de la génération du baby-boom.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires