Mgr Léonard : le sida ? "Une justice immanente !"

14/10/10 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Le Vif

Plutôt qu'un châtiment divin, Mgr Léonard voit le sida comme une sorte de "justice immanente" dans un livre d'entretiens paru mercredi en néerlandais. Jouer avec la nature profonde de l'amour humain conduit toujours, selon lui, à des catastrophes à tous les niveaux.

Mgr Léonard : le sida ? "Une justice immanente !"

© Epa

Mgr André-Joseph Léonard ne voit pas dans l'épidémie de sida un châtiment divin mais plutôt une "sorte de justice immanente". Jouer avec la nature profonde de l'amour humain conduit toujours, selon lui, à des catastrophes à tous les niveaux. Il fait la comparaison avec la note que nous devrons payer sur le plan écologique.

A côté de cela, le primat de Belgique revient sur la manière dont l'Eglise a été traitée par les médias. Il confie ainsi que le rapport Adriaenssens l'avait profondément affecté mais que l'affaire n'avait pas modifié sa vision du célibat : "Chacun sait que la plupart des affaires de pédophilie se déroulent au sein des familles. Est-ce une raison pour supprimer le mariage ?"

Le célibat n'est pas, selon lui, contre-nature dans le sens où il irait contre la nature humaine. Cela lui donne juste "une signification plus profonde". Il est possible qu'à terme, la possibilité de choisir soit donnée aux prêtres "mais indépendamment de la problématique pédophile".

Mgr Léonard croit enfin que l'Eglise aura un avenir "jusqu'à la fin des temps".

Le livre, intitulé Mgr. Léonard - Gesprekken, est paru aux éditions Lannoo sous la plume des journalistes Dominique Minten et Louis Mathoux. Il s'agit d'une version actualisée d'un ouvrage paru en 2006, en français, sous la plume de Louis Mathoux.

Levée de boucliers contre les déclarations de Mgr Léonard sur le sida

En Flandre, les déclarations de Mgr Léonard sur le sida ont suscité l'indignation de plusieurs partis politiques. Piet De Bruyn, sénateur N-VA, a estimé qu'elles faisaient preuve d'un manque total de compassion à l'égard des malades du sida et des séropositifs. La N-VA déplore ces déclarations au plus haut point, a-t-il dit.

Pour Marleen Temmerman, sénatrice SP.a et gynécologue, les propos de l'archevêque constituent "une culpabilisation totalement insensée des personnes atteinte du HIV/sida".

L'Open VLD a quant à lui réclamé que les contribuables puissent déterminer, dans leur déclaration fiscale, la religion ou la conception philosophique à laquelle ira leur contribution. Au CD&V, le sénateur Rik Torfs a conseillé à Mgr Léonard de s'abstenir de tels propos au vu du contexte actuel des affaires de pédophilie.

Les partis francophones ont également réagi aux propos du primat de Belgique. Ecolo, en accord avec Groen!, a condamné des déclarations "aussi stupides que discriminatoires" et demandé "à l'ensemble des parlementaires de condamner les propos nauséabonds de l'archevêque". Du côté du cdH, la chef du groupe parlementaire Catherine Fonck a jugé "inacceptable de considérer cette maladie comme une forme de punition".

Le député MR Denis Ducarme a dit "s'interroger sur les possibilités de réconciliation entre la société et l'Eglise catholique". Les déclarations du primat interviennent "alors qu'on sort d'une crise terrible de l'Eglise et que nous avons aujourd'hui des milliers de séropositifs en Belgique".

Au PS, Paul Magnette a jugé "ignoble", sur son fil Twitter, le point de vue de Mgr Léonard, tandis que le ministre-président wallon, Rudy Demotte, a réagi via sa page Facebook : "Puisse Dieu, s'il existe, punir de manière imminente celui qui profère de pareilles inepties."

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires