Menaces sur les grands projets bruxellois

14/11/14 à 15:04 - Mise à jour à 15:04

Source: Le Vif/l'express

Le stade national, le musée du Canal, le pénitencier de Haren, NEO... Les grands projets bruxellois ont-ils du plomb dans l'aile ?

Menaces sur les grands projets bruxellois

© DR

Le stade

Le projet d'un nouveau stade national sur le parking C du Heysel est loin d'être ficelé. La candidature de Bruxelles à l'Euro 2020 a été retenue mais le calendrier imposé par l'UEFA pour l'organisation du championnat, prévu dans 13 villes européennes, est serré. Or, la partie de poker en cours autour de l'arène réunit une pléiade de joueurs aux intérêts pas toujours convergents : Régions bruxelloise et flamande, Ville de Bruxelles, Union belge de football, RSC Anderlecht, candidats constructeurs...

En outre, la Ville et la Région ont toujours proclamé que pas un euro d'argent public ne serait investi dans le stade, baptisé provisoirement Eurostadium. Pourtant, début octobre, Fabian Maingain, conseiller communal FDF ­- dans l'opposition à Bruxelles-Ville ­-, révélait que 727 000 euros de frais d'études et d'avocats liés au projet étaient déjà supportés par la Ville, donc par le contribuable. Le stade lui-même "ne se fera pas sans le soutien financier du gouvernement", estimait, en mars dernier, Johan Beerlandt, le patron de Besix, l'une des trois sociétés en lice pour le marché. Un soutien qui tournait, selon lui, autour de 100 millions d'euros ! Le bureau Deloitte évalue le coût de la construction du stade à 314,3 millions d'euros.

NEO

Le nouveau stade national fera partie intégrante de la revalorisation du plateau du Heysel. La première phase du projet, baptisé NEO, qui doit être lancée en 2017, porte sur la réalisation d'un vaste centre commercial et de loisirs, "Mall of Europe" : 200 boutiques, 30 restaurants, un cinéma de 21 salles, une cité des sciences pour enfants, un parc d'attractions sur le thème des personnages de Franquin, un parc de découvertes appelé "Euroville"... La construction de 590 logements, d'une maison de repos, de deux crèches, de 3 500 m² de bureaux et de 3,5 hectares d'espaces verts sont également programmés. Soit un investissement privé de 800 millions d'euros. L'ouverture est prévue pour 2021.

Mais d'autres nouvelles surfaces commerciales proches peuvent hypothéquer l'attractivité et la rentabilité de NEO. Docks Bruxsel, près du pont Van Praet, prévoit ainsi d'ouvrir ses portes le 20 octobre 2016 : 41 000 m² de surfaces commerciales et de restauration, 8 salles de cinéma, un parc de loisirs indoor, une salle de 1 500 places pour des manifestations culturelles...

La prison

Près du village de Haren, doit voir le jour, vers 2018, un complexe pénitentiaire géant, le plus grand du pays. Le gouvernement a choisi, pour construire et entretenir les lieux, le consortium privé Cafasso : le groupe australien Macquarie, associé au groupe flamand Denys. Cette nouvelle prison doit remplacer celles de Saint-Gilles, de Forest et de Berkendael. Mais les riverains sont plus mobilisés que jamais . Ils craignent la saturation du trafic dans le centre de Haren et sur la chaussée de Haecht, déjà très fréquentée. Ils dénoncent aussi la disparition du Keelbeek, l'espace vert sur lequel la prison doit s'élever, que l'exécutif bruxellois a refusé de classer. Le site est aussi enclavé et peu desservi en transports en commun. La question de l'accessibilité de la prison se pose pour les familles des détenus, les avocats... Aucune réponse n'a été apportée à ce jour au défi de la mobilité. On ne sait même pas comment il est prévu d'entrer sur le site.

Le musée

Le projet d'un musée d'art moderne et contemporain dans l'emblématique immeuble Citroën, le long du Canal, est peut-être déjà mort-né. Fin octobre, deux députées régionales N-VA ont fait savoir qu'elles s'opposaient à la perspective de voir les collections fédérales d'art moderne abritées dans ce musée promu par la Région bruxelloise. Or, c'est une autre N-VA, Elke Sleurs, qui a la tutelle sur le Musée des Beaux-Arts...

Tous les détails sur les attaques, blocages et torpillages contre les quatre grands chantiers dans le dossier "Spécial Bruxelles" du Vif/L'Express de cette semaine. Avec aussi :

  • A qui profitent les nouveaux quartiers ?Le boom de la demande en petits logementsBruxelles, deuxième ville la plus cosmopolite d'EuropeEn 2020, les écoles de la capitale seront saturéesBruxelles-Ville, Schaerbeek et Molenbeek ont créé leur poste de "Responsable radicalisme". Que comporte cette fonction ?

En savoir plus sur:

Nos partenaires