Manifestation policière jeudi: 10.000 agents attendus à Bruxelles

17/09/14 à 17:52 - Mise à jour à 17:52

Le SLFP Police, la CSC, la CGSP et le SNPS, réunis en front commun, organisent jeudi une manifestation pour protester contre l'absence de solution concernant les pensions anticipées des policiers.

Manifestation policière jeudi: 10.000 agents attendus à Bruxelles

Image d'illustration. © Belga

Les syndicats attendent près de 10.000 agents dans les rues de la capitale jeudi, un nombre inédit depuis les manifestations qui ont précédé la réforme de la police en 2001. "Les tunnels de la petite ceinture de Bruxelles seront probablement coupés à la circulation", prévient mercredi la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. "Il faut s'attendre à des perturbations importantes de la circulation sur la petite ceinture ainsi que dans les environs de la rue de la Loi et la rue Belliard", ajoute-t-elle.

La manifestation se déroulera de 10h00 à 14h00. Elle commencera boulevard Albert II, à côté de la Gare du Nord, et se terminera au parc du Cinquantenaire en passant par le boulevard du Jardin Botanique, le boulevard Bischoffsheim, le boulevard du Régent, la rue Belliard, l'avenue d'Auderghem et l'avenue de la Joyeuse Entrée.

Les syndicats policiers dénoncent les conséquences d'un arrêt de la Cour constitutionnelle du 10 juillet dernier qui annule une disposition accordant aux anciens officiers de l'ex-gendarmerie le droit de partir à la retraite anticipée plus tôt que leurs collègues de la "police intégrée", qui doivent attendre l'âge de 62 ans pour en bénéficier. Cette décision rallonge la carrière de certains policiers jusqu'à huit années.

"Pour de nombreux collègues, c'est un drame social mais aussi familial", relève Stéphane Deldicque, délégué permanent de la CSC-Police. Il estime entre 32.000 et 34.000 le nombre de policiers dont les droits à la prépension sont touchés. "Nous demandons le retour aux règles qui prévalaient avant l'arrêt de la Cour constitutionnelle et le respect de cet arrêt. Le ministre de l'Intérieur en affaires courantes a fait une proposition mais nous demandons un engagement clair et ferme de la future coalition. Or, nous n'avons rien vu venir à part des déclarations dans la presse que nous considérons comme de véritables provocations", s'insurge le syndicaliste.

D'après des articles parus mercredi matin dans L'Echo et De Tijd, la coalition suédoise envisage de durcir les règles d'accès à la pension et de quasiment supprimer la prépension. Or, pour le front syndical, les mandataires politiques doivent tenir compte de la dangerosité et de la pénibilité du métier de policier.

Stéphane Deldicque, qui souligne combien la rentrée est tendue sur le plan social, promet d'autres actions "coups de poing" si les partenaires de la coalition suédoise ne changent pas leur fusil d'épaule. Un préavis de grève a d'ailleurs été suspendu jusqu'au 19 septembre.

Sypol.be, le syndicat policier qui, avec l'asbl "Koninklijke Kring van Officieren van de Lokale Politie van Antwerpen en Omliggende Politiezones", contestait la différence de régime en matière de pension entre policiers et est à l'origine de l'arrêt de la Cour constitutionnelle, ne participera pas à la manifestation de jeudi, "n'y ayant pas été invité", rapporte-t-il. Il prévoit toutefois des "actions syndicales ciblées" dans tout le pays, dont il ne souhaite pas dévoiler la teneur.

En savoir plus sur:

Nos partenaires