"Lutter contre la radicalisation, c'est comme administrer du paracétamol contre la fièvre"

02/06/16 à 14:26 - Mise à jour à 14:25

Source: Knack

Pour l'expert en terrorisme, Rik Coolsaet, la politique belge antiterroriste n'est pas au point. "C'est une erreur de considérer les djihadistes partis en Syrie comme des fanas religieux. La lutte contre la radicalisation ne peut être une lutte contre une idéologie". Il avance quatre principes à respecter dans l'approche de la radicalisation.

"La façon dont les politiques gèrent la problématique des djihadistes partis en Syrie, m'inquiète fort", déclare le politologue et expert en terrorisme Rik Coolsaet (Université de Gand). "J'observe beaucoup d'écoute et de bonnes intentions auprès de l'accompagnement social et des services de sécurité, mais pas en politique. Depuis les attentats de Paris et de Bruxelles, les politiques veulent surtout prouver qu'ils sont sur le coup. Ils ne se demandent pas si ces mesures antiterroristes donnent des résultats." Coolsaet, qui participera à une conférence d'experts en terrorisme à Paris le 1er juillet, avance quatre principes à respecter dans la lutte contre le djihadiste.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires