Lutgen veut étendre le cours de citoyenneté à tous les réseaux dès la maternelle

19/01/15 à 12:09 - Mise à jour à 12:09

Source: Belga

Le président du cdH, Benoît Lutgen, veut que les cours de citoyenneté remplacent une heure de cours de religion dans tous les réseaux d'enseignement.

Lutgen veut étendre le cours de citoyenneté à tous les réseaux dès la maternelle

© BELGA

La mesure est déjà prévue pour le réseau officiel, dans l'accord de majorité PS-cdH en Fédération Wallonie-Bruxelles. "Le tout maintenant, c'est de pouvoir faire en sorte que ce soit le cas partout, que ce soit commun", a déclaré M. Lutgen dans Matin Première (RTBF) lundi.

"L'objectif est très clair pour le cdH. Tous les élèves sans exception, quel que soit le réseau, quelles que soient leurs options, doivent apprendre les valeurs universelles qui fondent notre société. Personne ne doit échapper à cela, quel que soit l'âge, quelle que soit la réalité du réseau", a-t-il dit.

"Pour ce faire, on doit mettre en place des cours de citoyenneté, mais aussi de questionnement philosophique et de dialogue interconvictionnel et l'Etat doit pouvoir vérifier si ce contenu est bien mis en oeuvre".

"Il y a des modalités qui peuvent être différentes en fonction des réseaux, je n'ai pas de difficulté par rapport à cela, mais tout le monde doit y passer", insiste M. Lutgen. "On doit aussi pouvoir vérifier, selon moi, que les cours de religion ne viennent pas heurter ce principe-là, ce socle fondamental et universel. Aucune religion ne peut imposer sa loi".

M. Lutgen va plus loin que la ministre de l'Enseignement et ancienne présidente du cdH, Joëlle Milquet. Celle-ci a défendu ces derniers jours l'accord de majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles, qui prévoit de remplacer progressivement, à partir de 2016, une des deux heures de cours de religion par un cours d'éveil à la citoyenneté dans les écoles du réseau officiel.

Cette évolution débuterait en primaire et ne concernerait pas le réseau libre. "Je m'en tiens à l'accord de majorité. C'est déjà suffisamment difficile à respecter comme cela", avait déclaré Mme Milquet la semaine dernière.

Nos partenaires