"Liste noire" des cafés : "Un préjudice commercial important pour ces établissements"

11/04/14 à 19:52 - Mise à jour à 19:52

Source: Le Vif

Le SPF Santé publique a été contraint de rendre publique une liste des cafetiers qui ont enfreint l'interdiction de fumer dans leur établissement en 2013.

"Liste noire" des cafés : "Un préjudice commercial important pour ces établissements"

© Image Globe

Le listing fait suite à la demande d'un journaliste. Malgré son inquiétude vis à vis du respect de la vie privée des cafetiers concernés et un recours devant le Conseil d'Etat, le SPF Santé s'est trouvé dans l'obligation de publier le document. "Cette liste représente un préjudice commercial et économique pour ces établissements", estime la Fédération Horeca Wallonie.

Le journaliste indépendant et correspondant de l'agence de presse Belga, Christoph Meeussen a demandé d'avoir accès le 5 février dernier au listing des 1.500 cafés verbalisés en 2013 pour ne pas avoir respecté l'interdiction de fumer. M. Meeussen s'est alors heurté au refus du SPF Santé. La décision a fait l'objet d'un recours devant la Commission fédérale des recours. Cette dernière a jugé que la diffusion de cette liste était d'un intérêt public le 3 mars dernier.

Le SPF Santé a saisi en mars le Conseil d'Etat qui a rejeté son appel. La décision de justice le contraint donc à publier le listing. "Le publier serait porter atteinte à la vie privée des cafetiers sanctionnés. Nous ne savons pas très bien ce que cette liste va devenir, ni entre les mains de qui elle pourrait tomber", a réagi le SPF Santé dans les pages de Sudpresse vendredi.

Une décision qui inquiète aussi la Fédération Horeca Wallonie. "Cette liste est faussée puisqu'elle n'est pas mise à jour et ne reflète donc pas la réalité. La plupart de ces cafés se sont certainement mis en ordre. Ce genre de listing peut entraîner un préjudice commercial et économique pour ces établissements", estime le secrétaire général de la Fédération Horeca Wallonie, Pierre Puriau.

Le journaliste Christoph Meeussen justifie sa demande, "poussé par simple curiosité journalistique". "Il revient maintenant au journaliste de déterminer si la liste contient des informations pertinentes", explique Meeussen vendredi. "Si certaines informations sont reprises, elles seront bien évidemment replacées dans leur contexte lors de leur publication."

Nos partenaires