Liège: les accoudoirs des bancs des abris de bus ne seront pas enlevés

30/04/18 à 22:19 - Mise à jour à 22:18

Source: Belga

Le collège de la ville de Liège n'avait pas l'intention de faire installer des dispositifs "anti-SDF" aux abris de bus, dans le cadre du marché de renouvellement du mobilier urbain attribué à JCDecaux. Les accoudoirs présents sur les bancs ayant suscité la polémique ne seront néanmoins pas retirés, a indiqué lundi le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, en réponse à l'interpellation du PTB lors du conseil communal.

Liège: les accoudoirs des bancs des abris de bus ne seront pas enlevés

© dr

Dès le placement de ces bancs, le PTB liégeois s'en était offusqué en affirmant qu'ils avaient été dotés d'accoudoirs dans le but d'empêcher les personnes sans abri de s'y coucher. "La pauvreté ne se réduit pas en éliminant ce qui est visible", a dénoncé Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB, qui a demandé au bourgmestre de s'engager à faire enlever les accoudoirs posés et à interrompre leur installation dans les "300 abris restant à rénover".

Tout en assurant que le collège communal n'avait pas l'intention de placer des dispositifs "anti-SDF", le bourgmestre Willy Demeyer (PS) a répondu que les accoudoirs ne seraient pas retirés et que le processus de rénovation ne serait pas interrompu. La Ville a reçu des plaintes de personnes déplorant de ne pouvoir s'asseoir sur des bancs en raison de la présence de SDF allongés, a-t-il précisé.

"Le but n'est pas d'amener ces personnes à dormir sur les bancs mais bien de les aider à se reloger", a poursuivi le maïeur, qui a relevé le caractère hospitalier de la ville de Liège: durant l'hiver, les abris de nuit étaient, selon lui, occupés à 50% par des personnes sans papiers. Le collège travaille à la réduction des nuisances liées à la pauvreté et la toxicomanie de rue, a-t-il ajouté, notamment à travers le projet d'ouverture d'une salle de consommation où la distribution de drogues serait encadrée.

Une rencontre a eu lieu à ce sujet avec la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open Vld). D'après M. Demeyer, cette dernière a indiqué ne pas pouvoir autoriser l'ouverture d'une telle salle sachant que l'accord de gouvernement ne prévoit pas de modification des dispositions légales en la matière. "Elle m'a conseillé de prendre contact avec Koen Geens (NDLR: le ministre de la Justice, CD&V). Ce que j'ai fait et il m'a répondu assez vite. Une rencontre aura lieu dans les prochains jours", a conclu le bourgmestre de Liège.

Nos partenaires