28/02/17 à 07:32 - Mise à jour à 07:36

"Les provinces, la clé d'une Belgique équilibrée ?"

Pour qu'une structure soit stable, elle doit être équilibrée. Tous les ingénieurs le confirmeront. Cette règle peut être élargie à des organisations. Pour qu'une organisation soit stable, condition pour un développement pérenne, elle doit être équilibrée.

"Les provinces, la clé d'une Belgique équilibrée ?"

© iStock

Ceci est particulièrement vrai dans une entreprise. Une entreprise est une organisation structurée en départements, en services, tous répartis sur différents niveaux hiérarchiques. Tous ces petits groupes de personnes interagissent, s'influencent. Et pour que cette organisation "tourne", l'ensemble doit être équilibré, équilibré dans l'horizontalité et dans la verticalité.

L'équilibre horizontal c'est la bonne répartition du poids des différents groupes qui se trouvent sur le même niveau hiérarchique, donc qui peuvent avoir des intérêts divergents. Il s'agit de vérifier si les processus décisionnels sont répartis de manière harmonieuse entre les différents départements, par exemple.

L'équilibre dans la verticalité n'est pas une question de poids, mais de distances ou plutôt d'équidistance. La différence de prérogatives entre mon poste et les personnes que je dirige doit être proche de la différence de prérogatives entre mon boss et moi-même. Si je suis très proche de mon boss, si nous avons de responsabilités similaires très éloignées de celles de mes équipes, ces dernières vont vite comprendre que la structure n'est pas équilibrée. Mon boss aussi d'ailleurs. Au contraire, si je suis très proche de mes équipes et que je reporte en directe au directeur général, il y a de grandes chances que nous ne serons pas gérés au mieux. Les deux cas de déséquilibre verticaux seront source d'inefficacité.

La Belgique !

La Belgique est l'exemple parfait d'une structure déséquilibrée dans l'horizontalité. Comment peut-on imaginer des discussions équilibrées entre une Flandre surpuissante, une Wallonie en retard et une région bruxelloise qui n'est même pas définie de la même manière par les deux autres. Comment peut-on avancer avec une Flandre majoritaire, une francophonie impuissante et un groupe de germanophones compétitifs, mais tellement minoritaires. Chaque perspective montre un déséquilibre manifeste entre les entités fédérées.

La Belgique est également l'exemple parfait d'une structure déséquilibrée dans la verticalité. La structure fédérale et les entités fédérées sont administrées par les mêmes partis. Il n'y a pas de distinction politique entre ces deux niveaux. Il s'agit d'un système dans lequel gravitent les mêmes personnes tantôt à un niveau tantôt à l'autre, au gré des élections quasi annuelles. À l'autre extrémité, celle tout en bas, à des années-lumière de la nébuleuse fédérale-fédérés, se trouvent les communes qui discutent de l'organisation des courses cyclistes et de l'aménagement des trottoirs autour des écoles.

Déséquilibrée dans l'horizontalité, déséquilibrée dans la verticalité et lestée de doublons, cette structure est forcément instable. Les ingénieurs s'arracheraient les cheveux s'il s'agissait d'un bâtiment à faire tenir debout.

Et puis, il y a aussi les provinces qui ne servent plus à grand-chose. Les provinces ? C'est vrai, on les oublie souvent celles-là. Les provinces ? Pourtant, à bien y réfléchir, ne se trouvent-elles pas au niveau intermédiaire qui constituerait un équilibre vertical, à mi-distance entre un état fédéral et les communes ? Les provinces ? Ne sont-elles pas de taille, de poids comparable les unes aux autres ? Les provinces ? Elles, elles ont une identité bien définie et les problématiques auxquelles elles sont confrontées sont plutôt homogènes à leur échelle.

Partager

Est-ce que la clé d'équilibre de la structure de ce petit état ne se trouverait pas dans une utilisation plus judicieuse des provinces ?

Est-ce que la clé d'équilibre de la structure de ce petit état ne se trouverait pas dans une utilisation plus judicieuse des provinces ? En fait, il suffirait de reproduire, à notre échelle, une organisation proche de celle de l'Allemagne ou des États-Unis, qui, personne ne me contredira, ne fonctionnent pas si mal. Une structure composée d'une chambre fédérale proportionnelle et d'une autre constituée des représentants des provinces. Adieu les Communautés, adieu les Régions et les organes bruxellois hybrides fondés moins par souci d'efficacité que pour contenter le plus grand nombre de susceptibilités.

Nous ne sommes pas dans une phase de révision de l'organisation de notre État et même si nous y étions, l'utilisation de provinces n'est pas précisément dans les agendas. Pourtant, l'image de cette structure semble tellement plus harmonieuse que je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a là, peut-être, une solution pour faire de la Belgique un État équilibré donc stable donc capable de se développer au bénéfice du plus grand nombre. Il suffirait juste d'une bonne dizaine de minutes de courage politique.

Olivier Guisset

Nos partenaires