Les comptes Twitter de la famille royale et du cabinet de Di Rupo piratés

20/09/13 à 06:52 - Mise à jour à 06:52

Source: Le Vif

Un tweet non officiel est apparu jeudi soir et a presque aussitôt disparu du compte Twitter de la famille royale belge. Le tweet en néerlandais disait "Ik voel me goed als Koning! Leve België! " (Je me sens bien en tant que roi ! Vive la Belgique ! ), indique jeudi la VRT. Le cabinet du Premier ministre Elio Di Rupo a également subi une intrusion informatique il y a quelques mois.

Les comptes Twitter de la famille royale et du cabinet de Di Rupo piratés

© twitter

Un tweet non officiel est apparu jeudi soir et a presque aussitôt disparu du compte Twitter de la famille royale belge.

Le tweet en néerlandais disait "Ik voel me goed als Koning! Leve België! " (Je me sens bien en tant que roi ! Vive la Belgique ! ), indique jeudi la VRT. Ce message n'a pas été envoyé par le service communication du Palais royal, qui gère ce compte Twitter, a indiqué jeudi soir à l'agence Belga le Directeur communication du Palais, Pierre-Emmanuel De Bauw.

Le tweet placé sur le compte @MonarchieBe a presque aussi vite disparu qu'il est apparu. Plusieurs utilisateurs de Twitter ont remarqué la phrase et ont rapporté l'information. Le tweet n'a été écrit qu'en néerlandais alors que les tweets officiels sont aussi rédigés en français.

Pierre-Emmanuel De Bauw, le Directeur Medias et Communication du Palais royal, a indiqué jeudi soir que le tweet n'avait pas été rédigé par le service média et communication du Palais royal, qui gère ce compte Twitter, et précisé qu'il n'émane en aucun cas d'un membre de la famille royale.

Il a précisé n'avoir pas lui-même vu ce tweet, qui lui a été rapporté par d'autres utilisateurs de Twitter.

On ne sait pas encore qui est à l'origine de ce curieux tweet. Le compte a probablement été piraté.

Le cabinet du Premier ministre Di Rupo a également été hacké

Le cabinet du Premier ministre Elio Di Rupo a également subi une intrusion informatique il y a quelques mois, révèlent vendredi les journaux L'Echo et De Tijd, qui indiquent par ailleurs que le hacker qui a sévi chez Belgacom aurait également sévi chez un opérateur britannique.

"Lors d'un contrôle de routine du réseau il s'est avéré qu'il y avait des problèmes. Un contrôle supplémentaire a dès lors été réalisé. Je ne connais pas les détails, mais il n'est pas exclu que des programmes pirates aient été découverts, qui auraient été placés par des puissances étrangères", indique le porte-parole du Premier ministre.

Le cabinet du Premier ministre a subi un sérieuse intrusion il y a quelques mois et des soupçons pèsent sur la Chine, qui aurait installé des logiciels à des fins d'espionnage, selon les deux quotidiens.

La Chine serait également à l'origine du piratage ("hacking") des Affaires étrangères, ajoutent L'Echo et De Tijd.

Le cabinet d'Elio Di Rupo n'a pas porté plainte auprès de la justice, contrairement aux Affaires étrangères et à l'entreprise de télécommunications Belgacom. "Nous avons résolu le problème. Les mesures de sécurité ont été renforcées, il y a maintenant un contrôle stricte", indique-t-on au cabinet.

Par ailleurs, selon des informations recoupées au coeur de l'enquête sur Belgacom, il semble que le hacker qui s'est introduit dans le système informatique interne de l'entreprise se soit également introduit dans l'infrastructure d'un opérateur britannique. Les deux cyber-attaques renvoient en effet à la même adresse IP, adresse qui serait hébergée en Malaisie ou Indonésie.

Nos partenaires