Le top 10 des "coups" politiques belges

04/04/14 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Le Vif

A moins de deux mois des élections, le hit-parade du Vif/L'Express. Médiatiquement, la campagne électorale décoiffe, déjà, avec quelques coups inattendus.

Le top 10 des "coups" politiques belges

© Belga Image

- Exclus du match que se livrent à distance PS et N-VA, Charles Michel et Wouter Beke ont tenté de renverser la vapeur, en présentant à la mi-janvier un nouvel axe, MR-CD&V. Sans doute le plus gros coup de poker de cette campagne.
- L'entrée dans la bataille d'Elio Di Rupo a été orchestrée de façon millimétrée lors du congrès du PS, le 23 mars. Le Montois a ensuite repris une stature d'homme d'Etat avec les visites de Barack Obama et de Xi Jinping, rendez-vous officiels commués en actes de campagne.
- Bart De Wever : entre deux absences, il a marqué les esprits en se déguisant en panda, à la télé flamande, pour railler vous savez qui.

Les quelques semaines qui nous séparent du 25 mai réserveront-elles l'un ou l'autre coup fumeux, de ceux qui font basculer une élection ? Au lendemain du scrutin, chacun jugera s'il y a lieu de modifier le palmarès que Le Vif/L'Express publie cette semaine : celui des "coups" les plus retentissants de ces cinquante dernières années.

Ce hit-parade, sans prétention scientifique, a été élaboré par un jury de huit observateurs de la chose politique : Jean-Benoît Pilet (professeur de sciences politiques à l'ULB) ; Nicolas Baygert (enseignant à l'Ihecs, chercheur en communication politique à l'UCL) ; Luc Delfosse (ex-rédacteur en chef du Soir, chroniqueur au Vif/L'Express) ; Walter Pauli et Han Renard (journalistes à Knack) ; François Brabant, Pierre Havaux et Olivier Mouton (journalistes au Vif/L'Express).

Voici leur top 10 :

Leo Tindemans torpille le Pacte d'Egmont : "La Constitution n'est pas un chiffon de papier." (1978) L'OPA du Parti socialiste sur José Happart, qui clame : "J'ai rendez-vous avec l'Histoire." (1984) Les week-ends à Poupehan de Wilfried Martens, Fons Verplaetse, Jef Houthuys et Hubert Detremmerie, pour faire avaler l'austérité aux Belges. (1982) Les cinq résolutions autonomistes votées au Parlement flamand. (1999) Yves Leterme affirme à la télévision flamande que la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde n'exige que "cinq minutes de courage politique". (2004) Omer Vanaudenhove décrète l'ouverture des listes libérales aux catholiques. (1965) La plus grosse provocation de Bart De Wever : des faux billets déversés au pied de l'ascenseur de Strépy-Thieu. (2005) Les premiers députés écologistes se présentent au Parlement en vélo. (1981) Peu avant les élections régionales, Elio Di Rupo cloue son challenger Didier Reynders : "Je ne gouvernerai pas la Wallonie et Bruxelles avec le MR." (2009) Alors que le PS s'entredéchire entre partisans et adversaires de la participation au gouvernement, son président, Guy Spitaels, "disparaît" pendant trois jours. (1988)

Dans Le Vif/L'Express de cette semaine : le top 25 et le rappel des faits et conséquences

En savoir plus sur:

Nos partenaires