Le MR propose de rendre optionnels les cours de religion dans l'enseignement officiel

08/12/17 à 18:29 - Mise à jour à 21:44

Source: Belga

Le Mouvement réformateur annonce le dépôt d'une proposition de décret visant à porter de 1 à 2 le nombre d'heures obligatoires par semaine de cours de philosophie et de citoyenneté dans l'enseignement officiel et libre non confessionnel, et d'y rendre optionnelle l'heure de cours de religion ou de morale devenue surnuméraire.

Le MR propose de rendre optionnels les cours de religion dans l'enseignement officiel

© BELGA/Nicolas Maeterlinck

Les auteurs de la proposition invitent également le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à convaincre le pouvoir organisateur de l'enseignement libre confessionnel de permettre une offre répondant aux mêmes conditions que celles proposées par l'enseignement officiel.

Actuellement, une heure par semaine de cours de philosophie et de citoyenneté est obligatoire dans l'enseignement officiel (primaire et secondaire). La deuxième heure peut faire l'objet d'un choix à l'occasion d'une demande de dispense des cours dits philosophiques (les religions et la morale non confessionnelle).

Le MR fait le choix du "vivre-ensemble" à la lumière notamment des recommandations de la commission d'enquête de la Chambre sur les attentats. "Les enjeux du vivre-ensemble sont aujourd'hui cruciaux: le renforcement de l'éducation citoyenne et l'approche socio-historique des faits religieux sont les meilleurs remparts contre les discours haineux, les fake news, les théories du complot, le rejet de l'autre et de la société", estime son président Olivier Chastel.

Qualifiant de "fiasco" l'actuel cours de philosophie et de citoyenneté, le parti souligne qu'il perpétue la séparation entre les élèves, qu'il échoue à rencontrer les ambitions des référentiels et des programmes et que les problèmes d'organisation qu'il soulève nuisent au bien-être des enseignants et compliquent le travail des directions.

Le MR ouvra sa proposition à la cosignature, observant que DéFI, Ecolo et le PS se sont déjà exprimés dans le sens d'une extension du cours obligatoire de philosophie et de citoyenneté et que le cdH a souligné le peu d'aisance qu'il y avait pour un enseignant à donner une heure de ce cours.

La proposition de décret est cosignée par les députés Jean-Paul Wahl, Philippe Knaepen, Valérie Warzée-Caverenne, Jacques Brotchi et Carine Lecomte.

Le MR soutient depuis 20 ans la mise en oeuvre d'un véritable cours de philosophie et d'histoire comparée des religions à l'école.

Pour le PS, le MR est sur la même ligne que le chantier des idées

En annonçant le dépôt d'une proposition de décret portant de 1 à 2 le nombre d'heures d'enseignement obligatoire du cours de philosophie et de citoyenneté, rendant optionnels les cours de philosophie et de religion dans l'enseignement officiel et libre non confessionnel, "le MR est sur la même ligne que notre engagement pris le 26 novembre dernier" en conclusion du chantier des idées, a réagi vendredi le parti socialiste, sans autre commentaire.

Le PS a rappelé quel était cet engagement 29, parmi les 170 idées qui refondent les valeurs du parti. Selon le texte, "l'école doit être un lieu (...) d'ouverture sur le monde (qui) doit notamment, par exemple, s'exprimer à travers la généralisation pour tous les élèves, quel que soit le réseau d'enseignement, d'un cours de philosophie et de citoyenneté de minimum deux heures par semaine donné par des enseignants spécifiquement formés".

Le Boulevard de l'Empereur ne s'est livré à aucun autre commentaire, quant à savoir s'il pourrait cosigner une telle proposition avec d'autres partis et/ou l'appuyer durant la législature.

DéFI "très, très étonné" mais "agréablement surpris"

"Je suis très, très étonnée mais agréablement surprise que le MR finisse par rallier notre proposition, faisant fi de ses craintes de heurter une partie de son électorat", a réagi vendredi la députée de la Fédération Wallonie-Bruxelles Joëlle Maison (DéFI) après l'annonce par Olivier Chastel du dépôt d'une proposition de décret portant de 1 à 2 le nombre d'heures obligatoires de cours de citoyenneté et de philosophie dans l'enseignement officiel.

La proposition réformatrice rend optionnels les cours de religion et de morale laïque. Le MR a toujours soutenu jusqu'ici que la Constitution empêchait cette situation; nous avons défendu depuis le début que la Constitution appelait à permettre l'organisation de cours de religion et de morale à des heures confortables, fussent-ils optionnels, explique Joëlle Maison.

La députée attend de pouvoir étudier les textes afin d'y apporter ses éventuelles spécificités, en vue d'un potentiel soutien.

"Surpris", Ecolo se dit "absolument ouvert au débat"

Ecolo se dit "surpris" mais "absolument ouvert à ce type de débats" proposé par le MR sur l'extension de 1 à 2 du nombre d'heures obligatoire de cours de philosophie et citoyenneté dans l'enseignement officiel. "Il y a d'abord la surprise parce que jusqu'ici ce n'était pas tout à fait la position du MR, qui était divisé sur la question, preuve en est, la cheffe de groupe (Françoise Bertieaux) ne cosigne pas le texte", indique le député Christos Doulkeridis. "Il demeure donc une incertitude", souffle-t-il.

Les Verts ne sont pas partisans de signer le texte tel quel mais se disent ouverts au débat, moyennant deux préalables. Il s'agira, pour eux, de toucher tous les élèves, afin d'éviter des discriminations dans l'enseignement libre confessionnel. "C'est possible" par la voie législative, assure Christos Doulkeridis. "Actuellement, la formation du cours équivalent à la philosophie et citoyenneté dans le libre se fonde sur les valeurs de l'évangile", observe le député. "Il est possible de faire autrement, on impose bien des cours de français et de mathématiques". Par ailleurs, il convient de régler une série de questions qui concernent par exemple les professeurs. "Qu'adviendra-t-il précisément des cours de religion?", se demande notamment l'élu.

Enfin, Christos Doulkeridis appelle à la nécessité de mettre en place une évaluation du dispositif. "Nous sommes demandeurs d'un débat avec tous les partis. Nous ne signerons pas une proposition qui actuellement manque de nuances et de crédibilité", a-t-il dit.

Favorable sur le fond, Demotte restera garant du pacte de majorité

Le parti socialiste et Rudy Demotte sont "favorables sur le fond" à la proposition de décret du MR visant à porter de 1 à 2 heures le nombre d'heures obligatoires de cours de philosophie et de citoyenneté dans l'enseignement officiel, comme en témoigne une des mesures du chantier des idées allant en ce sens, mais le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles restera "garant du pacte de majorité" avec le cdH, qui ne prévoit pas une telle évolution, a réagi son cabinet.

"Nous ne soutiendrons pas la proposition au nom de la cohésion et de la collégialité avec le partenaire" cdH, a-t-on précisé.

"Enfin!", se réjouit le Centre d'Action Laïque

Pour le Centre d'Action Laïque, la proposition d'étendre le Cours de Philosophie et de Citoyenneté (CPC) à 2 heures par semaine que le MR vient de déposer est "une initiative qui ouvre enfin de nouvelles perspectives concrètes".

"Il était temps car, en effet, le dispositif actuel (1 heure obligatoire, la seconde facultative) engendre des situations ingérables sans répondre aux nécessités, pourtant reconnues par tous, de donner à nos enfants les outils indispensables pour affronter la complexité du monde d'aujourd'hui", relève le CAL.

Le Centre regrette toutefois que la proposition du MR ne permette pas de régler l'"incroyable différence de traitement" entre les réseaux officiels (et certains établissements libres non confessionnels) et les réseaux confessionnels.

En attendant de régler ce "problème" au fond, le CAL interpelle les autres partis politiques: "pourquoi un vrai cours de Cours de Philosophie et de Citoyenneté à deux heures par semaine ne serait-il pas possible pour septembre 2019?"

Les évêques de Belgique rappellent l'article 24 de la Constitution

"Il est bon que tout élève fréquentant l'enseignement public ait la possibilité de recevoir un cours de religion, comme l'ont ailleurs demandé une grande majorité des parents", ont réagi vendredi soir les évêques de Belgique alors que le MR a annoncé le dépôt d'une proposition de décret qui rendrait les cours de religion optionnels dans l'enseignement officiel.

La conférence épiscopale rappelle aussi les balises de l'article 24 de la Constitution. "Les écoles organisées par les pouvoirs publics offrent, jusqu'à la fin de l'obligation scolaire, le choix entre l'enseignement d'une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle", stipule notamment cette disposition.

Nos partenaires