Guido Fonteyn
Opinion

13/05/11 à 09:45 - Mise à jour à 09:45

Le maître à penser de Bart De Wever

PRÉNOM : THÉODORE ; PATRONYME : DALRYMPLE. Ce Théodore Dalrymple fait figure de maître à penser idéologique de Bart De Wever. Cet intellectuel britannique ultraconservateur pèse de tout son poids sur nos négociations prégouvernementales bafouillantes.

Guido Fonteyn, journaliste indépendant et essayiste

Qu'avons-nous appris ces derniers mois ? D'abord, il apparaît de plus en plus clairement que la N-VA de Bart De Wever n'est pas un parti de gouvernement et ne le deviendra jamais. La N-VA ne veut ni ne peut diriger ce pays. Elle ne veut pas s'installer aux commandes de la Belgique parce qu'elle caresse le vague rêve d'une république autonome de Flandre et qu'elle ne peut administrer la Belgique faute de personnel compétent et dûment formé pour équiper son service d'étude et les cabinets ministériels. Ensuite, nous constatons que le pays n'est pas vraiment paralysé et continue d'être administré grâce à la réforme de l'Etat. Les gouvernements régionaux et communautaires poursuivent leur travail. Au fédéral, à l'écart des projecteurs trop voyants de l'actualité, l'autorité du Premier ministre démissionnaire Yves Leterme ne cesse de croître. A l'étranger aussi, on commence à comprendre cet étrange paradoxe d'un pays en pleine crise politique qui ne manque pas d'être gouverné. Et qui, économiquement, s'en tire fort bien. Un gouvernement de plein exercice ne pourra toutefois pas se faire attendre ad vitam aeternam. Il est important aussi de signaler que de plus en plus de Wallons commencent à reconnaître les avantages d'une nouvelle réforme de l'Etat, grâce aux (premiers) succès du plan Marshall et au bon fonctionnement du gouvernement wallon. A terme, cela devrait faciliter les discussions sur les perspectives que pourrait offrir une sixième réforme de l'Etat.

Il est encore plus important de relever ce dont certains en Flandre commencent - enfin - à se rendre compte, à savoir que la N-VA n'est pas seulement une formation nationaliste, mais aussi et surtout un parti conservateur de droite pur jus, qui aspire à une Flandre indépendante où, en parfaite connivence avec les idées de Theodore Dalrymple, une "classe supérieure" s'appropriera le rôle de l'Etat et finira par brider les libertés individuelles. Le think tank flamand Libera !, tout aussi conservateur, vient d'accorder le prix annuel de la Liberté à Theodore Dalrymple. C'est Bart De Wever qui a prononcé son éloge. Ceux qui ont voté pour la N-VA et envisagent de remettre cela savent désormais dans quelle Flandre ils risqueront de se retrouver.

Nos partenaires