"Le consumérisme est le nouvel opium du peuple"

12/11/15 à 15:56 - Mise à jour à 15:56

Source: Knack

"La nouvelle religion est celle du commerce, du consumérisme et des gourous de la publicité " estime Reinout Buys, du mouvement flamand nationaliste de gauche Vlinks. Il met la société en garde contre le bannissement des philosophies et des religions de la société.

"Le consumérisme est le nouvel opium du peuple"

© iStock

Vlinks aspire à une société inclusive et sociale où chacun se sent chez soi. Mais a-t-on également le droit de défendre une société où les religions et les philosophies ont leur place et jeter un regard positif sur leur rôle dans la société sans les laisser s'évaporer en une masse grise?

Dans notre société éclairée, il y a de plus en plus de divorces, de burnouts, de dépressions, de suicides, etc. La psychologie suggère que cela pourrait être dû à une impression que la vie manque de sens. Les gens travaillent du matin au soir, voient à peine leurs enfants et même leurs détentes sont soumises aux tendances : se défouler sur de la musique entêtante aux festivals, faire du jogging, du vélo ou se relaxer dans les centres de wellness et de fitness, crées par les gourous omniprésents de loisirs commerciaux, car il "faut" prendre du temps libre et se détendre. On oblige aussi les gens à se glorifier dans l'esprit d'une émancipation mal comprise et à ne pas s'occuper de ce qui se passe autour d'eux et de ce qui les dépasse. Au bout du rouleau et dépressifs, ils finissent par dépérir. Dans une société où on n'a "jamais", assez, il y a un besoin plus pressant que jamais de l'une ou l'autre forme de repère spirituel, d'un port sûr et commun.

Image négative

L'afflux de millions de musulmans vers l'Europe provoque une agitation et certains se frottent les mains pour animer le climat de peur. Il peut alors sembler naïf de lutter contre cette crainte et de justement défendre nos "valeurs occidentales et démocratiques" en accueillant ces gens dans notre système pluraliste.

Vivez au jour le jour!

Partager

Claquez un maximum d'argent, vivez au jour le jour, occupez-vous de vous le plus possible, voilà les nouvelles valeurs

Une société qui bannit l'aspect religieux supprime un maillon fort et ouvre la voie à l'individualisme débridé et au consumérisme asservissant. À l'époque, les socialistes qualifiaient la religion d'"opium du peuple". Un expédient, rien de plus. Aujourd'hui, l'expédient, ce n'est plus l'Église. On n'est plus obligé de l'écouter si on ne le souhaite pas. Aujourd'hui, la nouvelle religion, c'est celle du commerce, du consumérisme, des gourous de la publicité et autres Tomorrowland, bizarrement teintés de spiritualité : dans la consommation, nous sommes tous égaux. Claquez un maximum d'argent, vivez au jour le jour, occupez-vous de vous le plus possible, voilà les nouvelles valeurs.

Ceux qui souhaitent bannir la religion de la société risquent de remettre le pluralisme actif en question et de laisser la voie libre aux éléments radicaux. Si l'on aspire à une société pacifique, il faut que ce soit une société où règnent la différence et la diversité, pas uniquement culturelle, mais aussi religieuse et philosophique. Parce que la différence peut être belle. L'absence de différence ôte la couleur et donc la vie de la société. C'est le début d'une dictature de la masse grise, qui pense ce que chacun pense, qui fait ce que chacun fait, qui achète ce que tout le monde achète. Et nous voilà revenus à la religion d'aujourd'hui, le consumérisme, le capitalisme, la logique de marché libérale. Le nouvel opium pour le peuple. Car c'est de cela qu'il s'agit : supprimer l'individualité des gens de sorte qu'ils ne doivent plus penser par eux-mêmes, mais qu'on pense pour eux.

Reinout Buys est membre de Vlinks, croyant et catholique engagé.

Nos partenaires