Le combat flamingant, oublié du centenaire?

11/11/14 à 11:03 - Mise à jour à 11:03

Source: Le Vif

Pas une allusion lors des grandes commémorations, aucune trace à la grande expo bruxelloise sur 14-18. Le Mouvement flamand a beau jeu de crier à la conspiration du silence.

Le combat flamingant, oublié du centenaire?

© BELGA

2014-2018, il n'y en aurait que pour la "poor little Belgium." Pour son formidable élan patriotique face à l'odieuse agression allemande, la valeureuse résistance de ses soldats, le pénible quotidien de la population sous l'Occupation. Et les flamingants dans tout ça ? Ni vus ni connus. Ce n'est évidemment pas la frange des activistes qui ont collaboré avec l'occupant allemand, jusqu'à proclamer une éphémère indépendance de la Flandre en 1917, que le Mouvement flamand veut sortir de l'ombre. Ce qu'il veut mettre à l'honneur, ce sont ces soldats flamands ralliés au mouvement frontiste, qui osaient contester dans les tranchées de l'Yser la domination du français au sein de l'armée belge. Ce que l'historien Bruno De Wever, spécialiste de la question à l'Université de Gand, appelle le "mytho-moteur du nationalisme flamand anti-belge".

Aucune allusion à cette tranche d'histoire belge lors des commémorations à caractère international ou dans des manifestations d'envergure fédérale. Le Mouvement flamand a beau jeu de crier à la conspiration du silence. Il n'a eu aucune peine à trouver des alliés au Parlement. Ciblée par le Vlaams Belang et la N-VA : la grande expo 14-18, c'est notre histoire ! Comment, au coeur du Musée royal de l'Armée à Bruxelles, ose-t-on passer sous silence le sort de milliers de soldats flamands sur le front de l'Yser et se taire sur l'engagement pacifiste du mouvement frontiste ? Scandale ! "Le problème linguistique sur le front de l'Yser fut un des plus importants catalyseurs du nationalisme flamand mais aussi du pacifisme dans notre pays. Cette exposition n'en dit pas un mot, elle a raté une chance", fulminait le député N-VA Bert Maertens. Bruno De Wever, membre du comité scientifique de l'exposition, a aussi pris acte : "J'ai été personnellement surpris et je n'ai pas trouvé très malin, de ne faire aucune mention du mouvement frontiste, pas plus d'ailleurs que des autres courants politiques, notamment anarchistes. Les organisateurs ont pris le parti de ne pas évoquer la dimension politique sur le front de l'Yser."

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine

Nos partenaires