Le cdH freine le PS sur le local pour cérémonies non confessionnelles

30/06/15 à 21:00 - Mise à jour à 20:58

Source: Belga

Le cdH a mis un coup de frein mardi à l'ambition du PS d'obliger les communes à prévoir un local à mettre à disposition des personnes souhaitant y organiser des cérémonies non confessionnelles. Une proposition en ce sens de Philippe Courard (PS) a été renvoyée à l'arriéré du Parlement wallon dans l'attente d'auditions.

Le cdH freine le PS sur le local pour cérémonies non confessionnelles

© BELGA

Trop souvent, les locaux disponibles pour ce genre de cérémonies manquent dans les communes, et peu d'entre elles s'en préoccupent, rappelle la proposition de décret PS. Les proches doivent alors se réunir dans des lieux inadéquats, tels des écoles, et prendre en charge les coûts, parfois élevés, y afférents afin de pouvoir organiser une cérémonie non confessionnelle.

L'an dernier, une proposition de résolution de Stéphane Hazée (Ecolo) visant les funérailles non confessionnelles avait abouti à un vote unanime. Elle invitait les communes à prévoir un tel local pour ce type de cérémonie. Le ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan avait même édicté une circulaire en ce sens à l'automne.

Constatant le refus de principe affirmé dans la presse par plusieurs communes luxembourgeoises, Philippe Courard a souhaité aller plus loin, en obligeant les communes à prévoir un tel lieu, pour diverses cérémonies non confessionnelles et non plus seulement des funérailles.

Le chef de groupe cdH Dimitri Fourny a freiné, invoquant un texte flou, une imposition péremptoire de la Région aux communes et la nécessité de préserver la neutralité budgétaire des mesures touchant les communes. La MR Virginie Defrang s'est demandée pourquoi on ne laissait pas davantage de temps aux communes pour répondre à la circulaire ministérielle et s'est opposée au caractère obligatoire.

Dépourvu de majorité, M. Courard s'est résolu à remettre son texte dans l'arriéré de la commission, le temps de prendre de nouveaux contacts avec les groupes politiques. L'organisation d'auditions a toutefois été accordée par la commission. Le ministre Furlan a pour sa part soutenu la proposition de décret.

En savoir plus sur:

Nos partenaires