Le best-of des foires d'empoigne au Parlement

03/08/13 à 18:28 - Mise à jour à 18:28

Source: Le Vif

Ils se sont quittés plus ou moins bons amis. Ministres, députés et sénateurs partent oublier sous le Soleil les prises de bec, coups de sang et autres amabilités qui ont pimenté le quotidien du Parlement. Florilège.

Le best-of des foires d'empoigne au Parlement

© Image Globe


- Irritation. Elio Di Rupo (PS) surveille son langage au Parlement. Il se donne beaucoup de mal pour ça. Jan Jambon, chef de groupe N-VA à la Chambre, veut lui épargner cette peine. "Je suggère que la réponse du Premier ministre soit gravée sur un CD qu'il pourra nous faire réécouter la semaine prochaine. Il pourra consacrer le temps ainsi gagné à d'autres activités." Le parti de Bart De Wever sait mener une opposition constructive.

- Déchaînement. Quand on cherche Sabine Laruelle, on la trouve. Ce jour-là en commission, la ministre libérale des Classes moyennes MR voit rouge. "C'est la deuxième fois que les questions sont reportées. Je ne viendrai plus y répondre. Chaque semaine, j'ai la moitié de mes questions qui sont reportées." Marre à la fin !Le président de séance tente de calmer le jeu. Mal lui en prend. Kristof Calvo (Groen) décuple la fureur de la ministre : "Je me moque de ce que vous me dites. Je veux bien jouer à faire le clown deux fois, pas trois ! Quand vous ferez les scores que je fais, on en reparlera et vous pourrez me donner des conseils." Un tempérament, Sabine Laruelle.

- Repentance. Hendrik Bogaert (CD&V), remuant secrétaire d'Etat à la modernisation de la Fonction publique, a tendance à faire de l'excès de zèle. Les fonctionnaires n'aiment pas trop ça. Des sénateurs non plus. "A l'avenir, lorsque je communiquerai à ce sujet, je veillerai à exprimer mon empathie et à paraître moins dogmatique", s'engage le jeune secrétaire d'Etat un peu secoué. Belle leçon d'humilité.

- Dézingage. Didier Reynders (MR) vient de recevoir la prestigieuse Légion d'honneur des mains de l'ex-président français Nicolas Sarkozy. C'était bien la moindre des choses, relève la députée Groen Meryem Almaci en déroulant le CV du décoré, sous les yeux de ses pairs. "Je rappelle les titres de gloire du ministre Reynders : c'est notamment à lui que l'on doit de ne jamais avoir empoché la golden share d'Electrabel, c'est lui qui a vendu PetroFina-Tractebel, et c'est encore lui qui a fait passer la loi particulière qui a permis à un milliardaire kazakh aux prises avec des problèmes fiscaux d'acheter son procès. Le ministre Reynders a reçu la Légion d'honneur parce que, pendant les douze années qu'il a passées à la tête du ministère des Finances, il a été un combinard à la solde de la France." Une façon de voir les choses.

- Farce. On ne le dirait pas, mais l'actuel ministre de la Défense peut être très pince-sans-rire. Aux députés qui le voient déjà sévir contre une poignée de militaires qui se sont illustrés par un Harlem Shake à la caserne d'Arlon, Pieter De Crem (CD&V) se prend au jeu : "Je suis maintenant dans l'attente d'une production réalisée par la force aérienne, de préférence sur terre plutôt qu'en l'air. Je n'ai donc pris aucune mesure, si ce n'est quelques précautions."

- Recadrage. La députée Ecolo Zoé Genot prétend donner des leçons de démocratie à la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. Maggie De Block (Open VLD) connaît ses droits : "C'est aussi mon droit le plus strict de ne pas répondre à des questions stupides."

- Susceptibilité. Il ne faut surtout pas attaquer Joëlle Milquet sur son manque de disponibilité pour les parlementaires : elle ne supporte pas ça. Ecolo a osé. C'est sa députée Zoé Genot qui subit les foudres de la ministre hyper occupée : "On peut me critiquer sur tout ce que l'on veut, mais ma disponibilité et mon travail représentent 180 % de mon temps. Je suis vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur. Je n'ai pas encore la capacité de me dédoubler. En général, quand je demande à travailler en commission le vendredi, personne ne vient. Je peux travailler le vendredi, je peux participer à des commissions le soir, même le samedi et le dimanche, si vous voulez !" Des amateurs ? Un ange est passé dans la salle.

- Fair-play. Jean-Pascal Labille (PS) est un honnête homme. A la sénatrice CDH Vanessa Matz qui s'enquiert de la véracité de chiffres cités par la presse à propos des bourses pour étudiants issus de pays en développement, le ministre de la Coopération a cet aveu : "Oui, la presse ne dit pas que des mensonges."

- Férocité. Décidément au four et au moulin, Joëlle Milquet est interpellée au Sénat sur la laborieuse exécution de la réforme des zones de secours. La ministre de l'Intérieur plaide non coupable : "A mon arrivée dans le département, la réforme était dans les limbes, malgré six ans de gestation." Une voix dans l'assistance : "C'est gentil pour vos prédécesseurs. Je note que vous êtes toujours aussi aimable." Qui n'a pas pu s'empêcher ? Philippe Moureaux (PS)...

Pierre Havaux

L'intégrale dans Le Vif/L'Express de cette semaine

Nos partenaires