La Wallonie crée sa propre Sécu

19/06/15 à 10:07 - Mise à jour à 10:07

Source: Le Vif/l'express

L'administration chargée de gérer les compétences sociales transférées par la sixième réforme de l'Etat voit enfin le jour. " Un tournant stratégique à ne pas rater", prévient le ministre CDH Maxime Prévot.

La Wallonie crée sa propre Sécu

Paul Magnette (PS), Paul Furlan (PS) et Maxime Prevot (CDH). © Belga

"C'est la naissance d'un embryon de sécurité sociale wallonne !" Maxime Prévot, vice-président CDH du gouvernement wallon, n'est pas peu fier de présenter son nouveau-né : après onze mois d'une lente gestation, l'organisme d'intérêt public (OIP) compétent pour la politique de la santé, de la famille et du handicap au sud du pays va enfin voir le jour. "Cette décision peut sembler obscure pour le citoyen lambda, mais cela concerne des millions de personnes, avec un budget qui se compte en milliards insiste-t-il. Il s'agit d'un tournant stratégique que nous devons absolument réussir."

La création de cet OIP, que le gouvernement wallon devrait entériner semaine prochaine, est la conséquence immédiate de la sixième réforme de l'Etat, qui confère des pans entiers de la politique sociale et familiale aux Régions. L'enjeu n'est pas mince : toutes entités confondues, les montants transférés dans ces domaines s'élèvent à 20 milliards d'euros dont 6 pour la Wallonie. Pour gérer ce pactole, l'OIP fusionne plusieurs administrations wallonnes et ex-fédérales : ce nouveau mastodonte en devenir emploiera quelque 570 personnes. Mission : veiller à ce que ces politiques se perpétuent malgré un contexte budgétaire délicat.

"Si demain, par défaut de prévoyance, des familles wallonnes ne recevaient plus leurs allocations familiales sur leur compte, ou que des personnes âgées dépendantes ne pouvaient être prises en charge, nous serions accusés d'être passés à côté de notre impératif de bonne gestion publique", prévient Maxime Prévot. Ce n'est pas gagné d'avance, il est vrai : à partir du 1er janvier 2022, en vertu de la nouvelle loi de financement, la Wallonie ne percevra plus que 90 % des moyens financiers pour mener ces politiques sociales. Il faudra resserrer les boulons. Et changer les politiques.

Allocations familiales : la révolution tranquille

Le volet le plus "lourd" de tous les transferts opérés par la sixième réforme de l'Etat, ce sont les allocations familiales. Masse budgétaire : 2,2 milliards d'euros. "Avec la réduction des moyens qui nous sont dévolus à terme, il va falloir repenser la façon dont nous les gérons, confirme Maxime Prévot. On doit quitter le régime post-Seconde Guerre mondiale de stimulation de la natalité : nous ne sommes plus dans un schéma comme celui-là. Le rang de l'enfant a, en outre, une moindre pertinence avec les familles recomposées. L'idée de base, à l'avenir, sera qu'un enfant égale un enfant." En clair : on ne payera plus d'allocations familiales plus élevées à partir du troisième enfant.

Le gouvernement wallon vient de commanditer une étude pour déterminer les modalités de la future réforme. Il interroge aussi la possibilité de prolonger la limite d'âge pour le droit aux allocations à 25 ans, en raison de l'allongement des études supérieures. Quand aura lieu le basculement d'un régime à l'autre ? Selon des sources internes au nouvel OIP, on parlerait d'une entrée en application du nouveau système le 1er janvier 2019, soit à la fin de cette législature. Les réformes promises n'auront pas lieu avant.

Maisons de repos : le privé à l'aide

L'autre très gros morceau de la future sécurité sociale wallonne se situe de l'autre côté de la pyramide des âges : l'encadrement des personnes âgées.

"L'explosion des octogénaires va s'accélérer à partir de 2025, puisque les baby-boomers de l'après-guerre vont devenir les papy-boomers, explique le ministre CDH. Tous partis confondus, j'insiste, nous n'avons pas assez préparé ce défi. Il nous faudra réfléchir différemment à l'avenir et quitter le carcan du décret de 1997 pour les maisons de repos. Jusqu'ici, on réservait x % des lits au public, x % au secteur associatif, x % au secteur privé. J'ai bougé les lignes en disant qu'il fallait faire sauter ces quotas qui n'ont plus de sens. Affirmer que l'on ne peut pas utiliser l'argent du secteur privé alors que le secteur public désargenté n'a même plus la capacité de créer ces lits, ça n'a pas de sens. Les CPAS attendent de ma part des moyens pour construire leurs maisons de repos ou pour mettre aux normes les anciennes. Mais moi, je n'ai plus de sous !"

Le CDH misera dès lors sur les partenariats public - privé, comme il le fera pour les autoroutes et les zonings industriels, voire... sur une mobilisation alternative de l'épargne des Belges. Et création d'une assurance dépendance à l'instar de ce qui existe en Flandre depuis... 2001 ? Un projet sur lequel le gouvernement wallon planchera bel et bien, promet le ministre. Comme s'il était définitivement intégré que l'avenir de la sécurité wallonne se situait au niveau régional.

Le dossier dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

  • les réactions de Thierry Bodson, secrétaire-général de la FGTB wallonne, et Delphine Chabbert, directrice du service d'études de la Ligue des familles.
  • "Le pôle social n'est plus dans les mains du PS !"

En savoir plus sur:

Nos partenaires