La N-VA ne serait pas prête à se ranger derrière un premier ministre francophone

05/09/14 à 10:47 - Mise à jour à 10:58

Maintenant que les négociateurs de la N-VA, du CD&V, du MR et de l'Open VLD ont désigné le commissaire européen, ils espèrent pouvoir se concentrer sur le contenu des futurs accords, même s'il ne fait aucun doute que le poste de premier ministre continuera à faire l'objet de discussions.

La N-VA ne serait pas prête à se ranger derrière un premier ministre francophone

Bart De Wever © BELGA

Selon plusieurs initiés, il y a différentes explications au fait que l'on n'a pas encore désigné de parti spécifique pour le poste de premier ministre. Du côté francophone, il n'est pas certain que les libéraux souhaitent le poste de Premier ministre étant donné que le MR doit faire oublier qu'il est le seul parti francophone a vouloir s'engager avec la N-VA. Cependant, certaines voix au sein du MR auraient fait comprendre que le parti aurait bien l'intention de proposer un premier ministre. La discussion interne tournera alors autour du choix entre le président, Charles Michel, et le vice-premier ministre Didier Reynders. Vu l'inimitié entre les deux clans, ce dernier risque de ne pas abandonner la partie de sitôt.

"Je n'arriverai pas à faire accepter un premier ministre francophone"

Ce serait surtout la N-VA qui ne serait pas prête à se ranger derrière un premier ministre francophone sans remporter de trophée important sur le plan du contenu. "Je n'arriverai pas à faire accepter un premier ministre francophone" aurait laissé échapper De Wever. À la N-VA on dit cependant que le parti n'opposera son veto " à personne".

Au cours de la nuit de mercredi à jeudi, Kris Peeters aurait "demandé parfois en riant, parfois très sérieusement à De Wever pourquoi il ne briguerait pas le poste de premier ministre". "S'il avait dit oui, nous l'aurions soutenu sans réserve" a ajouté le chrétien-démocrate. D'un point de vue stratégique, le fait que le CD&V et les libéraux obtiennent des postes importants renforce la position de la N-VA qui pourra peser plus lourdement sur l'accord gouvernemental, dont le point principal demeure le cadre budgétaire.

Belga/AVE

Nos partenaires