"La gauche se trompe dans le débat sur l'islam"

15/04/15 à 14:34 - Mise à jour à 14:34

Source: Knack

"Tous les pays où vivent des musulmans souffrent de radicalisme" déclare le philosophe Maarten Boudry.

"La gauche se trompe dans le débat sur l'islam"

Maarten Boudry © Saskia Vanderstichele/Knack

"J'étais complimenté par le Vlaams Belang" déclare Maarten Boudry. "Jusqu'au jour où j'ai dit que Filip Dewinter était raciste, car c'est ce qu'il est : il utilise la critique de l'islam comme une façon respectable de canaliser la haine des étrangers. Cependant, quand il dit que le coran est un livre haineux, il a raison".

Âgé de 30 ans, le philosophe gantois Maarten Boudry participe depuis assez longtemps au débat sur l'islam. "Je me qualifie toujours de gauche" dit-il. "Mais je trouve que les voix de gauche se trompent souvent dans ce débat. Elles éprouvent une sympathie presque aveugle pour l'islam, car elles considèrent les musulmans comme une minorité opprimée et ancienne victime de crimes coloniaux. Même si c'est le cas, ce n'est pas une raison de ne pas dire la vérité".

La gauche est-elle toujours aussi crispée ?

Boudry: La gauche a deux poids, deux mesures. Quand les étudiants de l'Union estudiantine catholique flamande (KVHV, Katholiek Vlaams Hoogstudentenverbond) protestent contre le mariage homosexuel, les jeunes socialistes se précipitent pour porter plainte. Et leur critique est justifiée. Cependant, comparées à la haine des homosexuels qui règne chez les salafistes, les positions de la KVHV sur le mariage homosexuel sont de la petite bière. Et quand des études paraissent sur ce sujet, on n'entend pas les jeunes socialistes.

Le coran est-il le noyau le problème?

Boudry: Les musulmans considèrent le coran comme la parole littérale de Dieu, c'est ce qui rend ce livre si dangereux. On y utilise les métaphores les plus poétiques pour décrire ce qui attend les mécréants en enfer. Le coran est surtout un appel aux croyants - un appel à un comportement moral, mais aussi à la haine et à la guerre.

Les jeunes qui partent en Syrie s'inspirent-ils également du coran?

Boudry: Évidemment. Je lis que le chercheur Bilal Benyaich tente d'expliquer leur comportement par une conjonction complexe de différents facteurs, mais il s'agit là d'un aveu de faiblesse.

Regardez les statistiques: les jeunes qui partent sont riches ou défavorisés, diplômés ou non et ils viennent de partout. D'Europe. De pays à l'islam rigoureux tels que l'Arabie saoudite ou de démocraties naissantes comme la Tunisie et le Maroc. Il ne peut donc y avoir beaucoup de rapport avec le racisme. Tous les pays où vivent des musulmans souffrent de radicalisme.

Les médias occidentaux aident-ils en publiant des caricatures de Mahomet?

Boudry: Ils devraient. Après les troubles autour des caricatures danoises, la rédaction de Charlie Hebdo a été une des seules à se montrer suffisamment courageuse pour les publier. Et c'est pourquoi Charlie Hebdo a attiré toute la haine.

Peter Casteels et Joël De Ceulaer

En savoir plus sur:

Nos partenaires