La FGTB à Cuba : le voyage à 100.000 euros qui fait grincer des dents

30/04/15 à 11:13 - Mise à jour à 11:14

Source: Le Vif

Une soixantaine de délégués de la FGTB métallos sont partis ce lundi à Cuba pour fêter le 1er mai aux frais des affiliés, rapporte L'Avenir. Un voyage onéreux qui fait grincer des dents parmi les syndicalistes restés au pays.

La FGTB à Cuba : le voyage à 100.000 euros qui fait grincer des dents

L'hôtel Mélia, à Varadero. © Hôtel Mélia

Le but de ce voyage à Cuba pour la délégation de la FGTB Métallos est de rencontrer leurs homologues dans le cadre des fêtes du 1er mai, selon L'Avenir qui a révélé l'information ce mercredi. Au programme : notamment la visite d'une usine à cigares. Mais attention, il est interdit pour les délégués d'afficher des objets de valeur, de fréquenter des prostituées et de parler de politique.

Impossible d'avoir plus d'informations sur ce voyage de la part de la hiérarchie présente à Cuba. En Belgique, ni la FGTB wallonne, ni la FGTB liégeoise, ni la FGTB générale n'ont voulu s'exprimer sur le sujet. Mais un membre de la fédération des métallos Hainaut-Namur, qui a refusé de participer au voyage, a accepté de répondre aux questions de L'Avenir et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est outré.

"Ce genre de voyage est organisé tous les quatre ans, l'année qui précède les élections sociales" explique-t-il. "Il y a quatre ans, j'avais participé à celui qui était organisé à Cracovie en Pologne".

Cette fois il a décliné l'invitation, car selon lui, c'était immoral. "Ce voyage est entièrement pris en charge par le Comité exécutif des métallos Hainaut-Namur. J'ai fait le calcul, ça revient environ à 2000 euros par personne. Ils sont plus de 60 à y aller. C'est un voyage à plus de 100 000 euros. Et au bout du compte, ce sont les affiliés qui payent la note".

La soixantaine de délégués résiderait, selon lui, du 27 avril au 4 mai dans l'hôtel Mélia, situé sur la plage de Varadero. Le prix moyen de la chambre est d'environ 230 euros.

"Je trouve ça honteux par les temps qui courent. À un moment où les gens ont du mal à boucler les fins de mois, où on vire les gens du chômage, j'estime que la FGTB a mieux à faire avec son argent que d'aller le gaspiller dans un séjour d'agrément". Selon lui, il ne serait pas le seul à être ulcéré par ce voyage.

En savoir plus sur:

Nos partenaires