La Belgique connaissait le "problème" des oeufs contaminés dès juin

05/08/17 à 16:19 - Mise à jour à 16:19

Source: Afp

Les autorités belges ont appris début juin qu'il y avait "un problème" dans des élevages dû à la contamination d'oeufs par un insecticide, et expliqué samedi avoir gardé le secret en raison d'un enquête judiciaire pour "fraude" en cours.

La Belgique connaissait le "problème" des oeufs contaminés dès juin

Illustration. © REUTERS/Nigel Roddis

"Nous sommes au courant depuis début juin qu'il y avait potentiellement un problème de fipronil dans le secteur avicole", a déclaré Katrien Stragier, une porte-parole de l'Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), à la télévision flamande VRT.

"Nous avons alors immédiatement démarré une enquête et nous avons également informé le parquet parce qu'il s'agissait d'une possible fraude. A partir de là le secret de l'instruction a commencé à prévaloir", a-t-elle assuré. "Nous comprenons que les gens se posent des questions sur la santé publique et essayons de leur répondre".

Contacté par l'AFP ces derniers jours, le parquet d'Anvers, en charge de cette enquête, s'est refusé à donner la moindre information à la demande expresse du juge enquêtant dans cette affaire.

Des oeufs ont également été retirés des supermarchés, par précaution, dans l'attente de résultats, mais dans une bien moindre mesure qu'aux Pays-Bas et en Allemagne, où les rappels ont porté sur plusieurs millions d'oeufs provenant d'élevages néerlandais.

L'Allemagne avait haussé le ton vendredi soir. "J'attends des autorités compétentes qu'elles élucident (ce dossier) rapidement et minutieusement. En particulier la Belgique et les Pays-Bas en ont ici l'obligation", a déclaré le ministre allemand de l'Agriculture Christian Schmidt au quotidien Bild.

"Quelqu'un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater (des oeufs) avec un produit interdit", a-t-il insisté.

Les oeufs retirés sont suspectés de contenir des traces d'une molécule insecticide, le fipronil, utilisée au mépris de la réglementation européenne pour éradiquer le pou rouge dans les élevages.

En grande quantité, le fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il est interdit dans l'élevage destiné à la consommation, mais peut être utilisé sur les animaux de compagnie par exemple.

Selon les médias belges et néerlandais, la société néerlandaise mise en cause, ChickFriend, aurait acheté son désinfectant dans le nord de la Belgique, auprès de la société Poultry-Vision.

Mais l'avocat de cette dernière société, Pieter Helsen, a affirmé à la télévision néerlandaise qu'elle n'est pas responsable de l'utilisation potentiellement frauduleuse du produit. Poultry-Vision "a correctement informé les acheteurs de ce produit", a-t-il assuré.

L'Afsca promet de publier "très prochainement" des résultats

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire publiera "très prochainement" les résultats des échantillons analysés dans le cadre de la crise sur les oeufs contaminés au Fipronil, a-t-elle indiqué samedi, après avoir été appelée à le faire par le toxicologue Jan Tytgat.

Des résultats d'analyses des entreprises concernées sont en train de parvenir à l'Afsca, a rapporté sa porte-parole. Lorsqu'ils seront arrivés, l'agence aura une vision globale de la situation et communiquera.

La porte-parole assure que les concentrations découvertes sont inférieures "au très sévère seuil européen", qui est basé sur une consommation de deux oeufs par jour. "Pour l'instant, nous ne voyons aucun danger pour la santé publique", affirme l'Afsca.

Nos partenaires