")})}else Q(t)?t.top.open(e,n):t.location.assign(e)}function P(t){t.style.setProperty("display","inherit","important")}function J(t){return t.height<1}function W(t){return 0==t.offsetHeight}function k(t,e){var n="";for(i=0;i=2)){var o=n.getBoundingClientRect();if("undefined"==typeof n.width)var r=n.offsetHeight,d=n.offsetWidth;else var r=n.height,d=n.width;if(0!=r&&0!=d){var u=o.left+d/2,c=o.top+r/2,l=e.documentElement,p=0,f=0;if(t.innerWidth&&t.innerHeight?(p=t.innerHeight,f=t.innerWidth):!l||isNaN(l.clientHeight)||isNaN(l.clientWidth)||(p=e.clientHeight,f=e.clientWidth),0<=c&&c<=p&&0<=u&&u<=f){if(t.uabAv[i]++,t.uabAv[i]>=2){var s=function(){};L(a,s,s),t.clearTimeout(t.uabAvt[i])}}else t.uabAv[i]=0}}}t.UABPdd=I;var q=O("head"),X=null;navigator.userAgent.search("Firefox")==-1&&(e.addEventListener?e.addEventListener("DOMContentLoaded",G,!1):e.attachEvent&&e.attachEvent("onreadystatechange",function(){"complete"===e.readyState&&G()})),t.addEventListener?t.addEventListener("load",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("onload",G),t.addEventListener?t.addEventListener("addefend.init",G,!1):t.attachEvent&&t.attachEvent("addefend.init",G)}(window,document,Math); /* 8b8d3f43ce757a6128ceba6c64535a54 */
Koert Debeuf
Koert Debeuf
Directeur du Tahrir Institute for Middle East Police Europe
Opinion

30/03/16 à 10:06 - Mise à jour à 10:06

"La Belgique a un problème avec la radicalisation, mais ne tirons pas de conclusions hâtives"

Est-ce que l'origine de la radicalisation est due à une certaine politique de laïcité typiquement française comme le pense une étude américaine ? L'expert du Moyen-Orient, Koert Debeuf en doute et dégaine une série de chiffres.

La source de la radicalisation des musulmans sunnites viendrait de la politique culturelle française. C'est la conclusion d'une recherche de l'institut américain Brookings. Les chercheurs se sont basés sur des chiffres qui tendraient à prouver qu'on parlerait français dans quatre des cinq plus importants foyers du djihadisme. L'étude ne nomme pas expressément lesdits pays, mais je pense qu'il s'agit de la Tunisie, du Maroc, de la France et de la Belgique. La Belgique est d'ailleurs nommément citée dans l'étude, car elle a un taux de citoyens partis combattre en Syrie plus élevé que l'Arabie saoudite.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires