L'imam de la mosquée somalienne de Verviers expulsé

14/07/15 à 08:02 - Mise à jour à 10:53

Source: Le Vif

L'imam Shayh Alami, qui s'est fait connaître à Verviers par ses prêches incendiaires, va recevoir un ordre de quitter le territoire dans les trente jours. Ainsi en a décidé le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Théo Francken (N-VA) sur la base d'un rapport de la Sûreté de l'Eta

L'imam de la mosquée somalienne de Verviers expulsé

Image prétexte. © BELGA

Celui-ci conclut au caractère nocif du personnage, "un véritable danger pour la sécurité nationale." L'homme, d'origine marocaine, est détenteur d'un passeport néerlandais. Il officiait dans la mosquée somalienne de la rue Spintay, à Verviers, un foyer évident de radicalisme qui, depuis lors, a pris ses distances avec son prédicateur. Au début de l'année 2014, en effet, des jeunes chauffés à blanc par ses discours ont pris le chemin de la Syrie, dont un jeune de 21 ans, Redouane Hajaoui. L'homme n'officiait pas formellement comme recruteur, mais ses discours, empreints de haine de l'Occident, ont radicalisé une partie de son public.

Dans un reportage de RTL-TVI, le 6 mars dernier, l'imam Alami apparaissait sur une vidéo implorant Dieu de "couper la langue et les pieds" d'un intellectuel marocain progressiste, Ahmed Assid, le traitant d' "apostat", ce qui, dans l'islam salafiste, équivaut à une condamnation à mort. Tous ses prêches étaient à l'avenant. Il va être remis aux autorités hollandaises. Il peut encore faire appel car sa famille est installée à Verviers.

Pour le président de l'Exécutif des musulmans de Belgique, Nouredinne Smaïli, également verviétois, "cet imam autoproclamé, sans formation, récolte la tempête du vent qu'il a semé." Il précise que "les imams de Belgique, dans les mosquées reconnues, ne sont pas radicaux. Ils sont sous contrôle." Ajoutant : "On doit faire confiance à la loi. La justice tranchera."

Nos partenaires