L'épreuve de vérité du PP

30/04/14 à 10:02 - Mise à jour à 10:02

Source: Le Vif

Au-delà de la langue de bois, que pensent vraiment les partis francophones ? Le Vif/L'Express leur a soumis trente affirmations claires rédigées par la rédaction. Le PP de Mischaël Modrikamen conclut notre tour d'horizon sans tabous. Vendredi : l'analyse de ces confessions politiques.

L'épreuve de vérité du PP

© Belga Image

Social

Il faut augmenter à terme l'âge de départ à la pension

Favorable. Le Parti Populaire est favorable à l'augmentation de l'âge de départ effectif à la pension (qui est de 59 ans en moyenne), sauf en cas de pénibilité reconnue. C'est la seule façon de financer le système des retraites. L'augmentation croissante de l'espérance vie rend cette solution nécessaire et humainement envisageable.

Il faut revoir la norme de croissance du budget des soins de santé

Favorable. En raison de la crise actuelle, il faut revoir de fond en comble les soins de santé. Revoir la norme de croissance ne signifie pas que nous ferons payer la note aux citoyens. Des économies drastiques peuvent être réalisées de façon réaliste (un exemple : moins de médicaments car notre pays détient un record dans la consommation).

Il faut remettre en question l'exclusion annoncée et dénoncée par la FGTB de quelque 50.000 chômeurs au 1er janvier 2015

Favorable. Le Parti Populaire n'est pas favorable à l'exclusion des chômeurs, mais veut éviter les abus du chômage à long terme. Le parti est, en revanche, favorable, à l'exercice de prestations au profit de la collectivité par les chômeurs de longue durée et à un contrôle strict.

Il faut limiter les allocations de chômage dans le temps (deux ou trois ans) avec un accompagnement intensif

Défavorable. Nous demandons des prestations au profit de la collectivité.

Il faut modifier les critères d'obtention des allocations familiales

Favorable. Les allocations familiales seront renforcées pour les trois premiers enfants et fortement dégressives pour les suivants. Le Parti Populaire souhaite supprimer les allocations familiales aux parents dont les enfants sont des délinquants multirécidivistes.

Fiscalité

Il faut une grande réforme fiscale diminuant les charges sur le travail en les compensant par d'autres impôts

Favorable. Le Parti Populaire propose que chaque entreprise puisse engager trois travailleurs sans autre frais que le salaire. Au-delà, les charges sur le travail doivent être fortement réduites. Le PP propose par ailleurs une réduction d'impôts sur le travail au travers d'une réforme fiscale globale (trois tranches avec un maximum de 35 % et globalisation des revenus).

Il faut un impôt ambitieux sur les grandes fortunes

Défavorable. Un impôt sur les grandes fortunes serait contre-productif et provoquerait un exode d'entrepreneurs peu favorable à notre économie.

Il faut prévoir une façon de taxer l'épargne pour encourager la réinsertion de cet argent dans l'économie

Défavorable. Le Parti Populaire est contre l'instauration de nouvelles taxes. Il ne faut pas pénaliser les gens qui se sont constitués un bas de laine.

Il faut augmentation la TVA sur les produits de luxe

Favorable. Le Parti Populaire envisage, pour financer son programme de diminution de l'imposition du travail, une augmentation de la TVA de 1 % si les réductions de dépenses publiques et l'effet retour des baisses d'impôts, ne suffisent pas.

Il faut mettre en oeuvre la taxe kilométrique

Défavorable. Une telle taxe défavoriserait les personnes se rendant sur leur lieu de travail, parfois après avoir déposé leurs enfants à l'école. Le travailleur serait une nouvelle fois durement touché.

Bonne gouvernance

Il faut prévoir une limitation du salaires des CEO dans le privé ou à tout le moins un encadrement de l'écart salarial

Défavorable. Le Parti Populaire regrette que l'écart salarial soit grandissant entre CEO et employés, mais estime que l'Etat n'a pas à intervenir directement sur les salaires.

Il faut fixer un plafond aux bonus des banques

Favorable, si les banques font l'objet d'aides publiques. Le Parti Populaire veut appeler le secteur bancaire à davantage de raison, lutter contre la spéculation avec l'argent de l'épargne, imposer la séparation claire entre l'activité de banque d'affaires et de dépôt.

Il faut réduire le salaire des ministres et parlementaires

Défavorable. Le Parti Populaire estime que la fonction de ministre et de parlementaire est essentielle dans une démocratie et doit être valorisée. Par contre, une diminution drastique du nombre de ministres et de parlementaires est souhaitable.

Il faut obtenir la circonscription fédérale lors de la prochaine législature

Défavorable. Le Parti Populaire est attaché à la Belgique, mais est conscient qu'il existe deux (voire quatre) opinions publiques différentes. Une circonscription fédérale ne changerait rien à cette constatation.

Il faut permettre le tirage au sort de groupes citoyens pour consultation sur certains dossiers sensibles

Défavorable. Le Parti Populaire veut aller plus loin encore : l'instauration d'un référendum d'initiative populaire et contraignant. C'est la meilleure manière de redonner le pouvoir aux citoyens.

Environnement

Il faut prévoir la fermeture complète de toutes les centrales nucléaires à un délai plus rapproché

Défavorable. Le Parti Populaire prône la prolongation des centrales nucléaires qui ne présentent, dans notre pays, aucun danger. Le parti mise sur les centrales de nouvelle génération, au thorium, qui coûteront beaucoup moins cher que l'éolien.

Il faut des primes pour isoler 100% des habitations d'ici 10 ans

Défavorable. Le Parti Populaire souhaite une isolation des habitations, mais un système de prime n'est pas finançable dans l'état actuel de notre économie.

Il faut investir massivement dans la production d'énergies renouvelables pour assurer notre autonomie énergétique

Défavorable. Les énergies renouvelables sont, pour la plupart, coûteuses et peu rentables. Une éolienne ne tourne, en moyenne, que 6 jours par mois. Le reste du temps, il faut compenser avec des sources d'énergie classiques et polluantes.

Il faut installer 1000 éoliennes sur le sol wallon, le long des autoroutes

Défavorable. L'éolien est un gouffre financier, observable sur la facture des citoyens, et provoque des dégâts sur la santé humaine (infrasons) et sur la faune (effet-guillotine sur certains animaux).

Il faut des taxes douanières pour encourager la consommation de produits belges

Favorable. Le Parti Populaire est favorable à l'instauration d'un protectionnisme européen qui protégera les produits belges de la concurrence des pays dans lesquels les normes sociales et salariales sont minimales.

Institutionnel

Il faut entamer les discussions au Sénat avec les partis flamands pour anticiper une septième réforme de l'Etat

Favorable. Le Parti Populaire estime que le système fédéral maintient le flou qui ne profite qu'aux partis établis. Il faut en revenir à une certaine clarté et cohérence que permettrait le passage au confédéralisme.

Il faut un ministre-président distinct pour la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles

Défavorable. Le Parti Populaire étant favorable à un confédéralisme à quatre (Flandre, Bruxelles, Wallonie, partie germanophone), il faudra un ministre-président pour chacune de ces entités régionales.

Il faut régionaliser l'enseignement

Favorable. Le Parti Populaire souhaite la suppression des communautés qui alourdissent le paysage institutionnel belge. L'enseignement sera donc transféré aux régions prévues par son confédéralisme à quatre.

Il faut préparer activement une Fédération Wallonie-Bruxelles en cas d'indépendance de la Flandre

Défavorable. Le Parti Populaire estime que l'instauration d'un confédéralisme à quatre est la solution pour maintenir la Belgique unie.

Il faut transformer la monarchie pour limiter ses pouvoirs (fin de la signature royale etc...)

Favorable. Le pouvoir de la monarchie doit devenir protocolaire et se limiter à des fonctions de représentation et de rayonnement de notre pays dans le monde entier.

Immigration

Il faut obtenir la régularisation de tous les Afghans, Syriens et autres populations directement menacées

Défavorable. La Belgique ne peut se permettre d'ouvrir grandes ses frontières, sous peine de voir son identité se détricoter. Les vrais réfugiés seront accueillis provisoirement dans la mesure de nos capacités d'accueil.

Il faut renforcer le parcours d'intégration francophone

Favorable. Connaître la langue, respecter les valeurs du pays, chercher un emploi font partie des exigences pour les nouveaux venus. Le parcours d'intégration doit être obligatoire.

Il faut revoir le durcissement de l'accès à la nationalité belge

Favorable. La nationalité se mérite. Pour devenir belge, il faudra résider depuis dix ans au minimum, sans être à la charge de la sécurité sociale. Toute personne qui aspire à devenir belge devra signer un engagement à respecter nos valeurs.

Il faut intensifier l'immigration économique en lien avec les emplois inoccupés

Défavorable. L'immigration n'est pas la solution aux problèmes d'emplois inoccupés lorsque l'on compte, en Wallonie et à Bruxelles, près d'une personne sur quatre au chômage.

Il faut une charte de la laïcité à l'école

Favorable. L'école doit promouvoir le respect de nos valeurs et de notre héritage dans lequel la laïcité s'inscrit.

Nos partenaires