L'ancien prêtre belge reconnu coupable de 24 faits d'abus sexuels

12/09/14 à 18:42 - Mise à jour à 19:02

L'ancien prêtre catholique belge Eric Dejaeger a été reconnu coupable de 24 faits d'abus sexuels sur mineurs, en plus des huit pour lesquels il avait plaidé coupable, vendredi à Iqaluit (Canada).

L'ancien prêtre belge reconnu coupable de 24 faits d'abus sexuels

Eric Dejaeger © Belga

Eric Dejaeger, un ancien prêtre belge d'une communauté catholique des oblats, a été condamné vendredi pour 24 faits d'agression sexuelle sur des enfants autochtones par un tribunal du territoire canadien du Nunavut. Il avait au préalable plaidé coupable pour 8 cas sur un total de 80 chefs d'inculpation.

L'ancien prêtre a été reconnu coupable de 31 chefs d'accusation pour agressions sexuelles et attouchements à caractère sexuel. Il a également été reconnu coupable pour un chef d'accusation de zoophilie. Agé de 67 ans, il était arrivé en mission dans le grand nord canadien dans les années 1970. "La plupart des crimes ont été commis à Igloolik, hameau isolé sur une île à plus d'un millier de kilomètres à vol d'oiseau d'Iqaluit", a indiqué le Service des poursuites pénales du Canada (SPPC). Les parties ont 30 jours pour faire appel de la condamnation, a indiqué le SPPC. En l'absence d'un recours en appel, la sentence devrait être prononcée en janvier.

Le procès de cet ancien missionnaire s'était tenu à Iqaluit, capitale du territoire inuit du Nunavut. Commencé fin novembre, il avait été suspendu en raison des conditions météorologiques ou de problèmes d'agenda et avait pris fin en mai dernier. Plus de 40 personnes, souvent en état de choc intense, ont témoigné durant le procès. Dans la cadre d'une précédente affaire, Eric Dejaeger avait été condamné en 1990 à 5 ans de prison pour le viol de huit enfants. Une fois libéré et face aux plaintes d'une vingtaine de nouvelles victimes, il avait fui en Belgique. Eric Dejaeger est maintenu à l'isolement au centre correctionnel de Baffin depuis son arrestation à son retour au Canada, en janvier 2011.

En savoir plus sur:

Nos partenaires