Kazakhgate: Chodiev attaque Gilkinet

11/05/17 à 06:00 - Mise à jour à 08:53

Source: Le Vif/l'express

Après avoir cité en justice la Commission d'enquête parlementaire sur la transaction pénale, Patokh Chodiev vise directement et personnellement Georges Gilkinet, en l'assignant devant le tribunal civil pour son "manque d'impartialité".

Kazakhgate: Chodiev attaque Gilkinet

Le député Georges Gilkinet dérange le milliardaire Chodiev © BELGA

Le 18 avril dernier, le président de la Chambre recevait par voie d'huissier une citation directe contre l'Etat belge. En cause: la commission d'enquête parlementaire Kazakhgate à laquelle Patokh Chodiev reproche, sur base de l'article 1382 du code civil, de ne pas respecter les principes d'une enquête à charge et à décharge, vu qu'elle possède les mêmes droits qu'un juge d'instruction. La commission se voyait ainsi réclamer un euro de dommage à titre provisionnel, une somme à préciser durant la procédure à venir devant le tribunal civil.

Chodiev ne compte pas s'arrêter là. Un vent favorable a transmis au Vif/L'Express, au quotidien De Standaard et au journaliste anglais indépendant Nick Kochan un projet de citation directe (summons, en anglais) à l'encontre du député Georges Gilkinet. Après avoir attaqué la commission dans son ensemble, le milliardaire belgo-ouzbèke vise désormais un homme de cette commission. Dans ce brouillon (draft) rédigé en anglais par ses avocats - Pascal Vanderveeren, Eric Gillet, François Jongen et Christian Barbier -, Chodiev formule à l'égard de Gilkinet à peu près les mêmes griefs qu'à l'égard de la commission: un "manque complet d'impartialité et de retenue" ainsi que "ses préjugés". Le plaignant estime que sa présomption d'innocence n'est pas respectée et estime être l'otage d'une bataille politique partisane. Plusieurs articles publiés dans Le Vif/L'Express, Le Soir ou sur le site de la RTBF sont cités. Il réclame au député Ecolo un euro à titre provisionnel pour les dommages causés à son image, à réévaluer durant la procédure.

Me Vanderveeren se dit sidéré par la fuite de ce brouillon. Il nous confirme qu'une citation directe vient tout juste d'être finalisée à l'encontre de Georges Gilkinet et lui sera transmise ce jeudi 9 mai par huissier. Le texte définitif n'est guère très différent du brouillon que le Vif a reçu. L'avocat bruxellois nous explique que son client agit de manière réfléchie et progressive : cette nouvelle citation arrive après une lettre circonstanciée envoyée à la Commission, le 8 février dernier, et après la première citation du 8 avril. "Lesquelles n'ont rien changé à l'agressivité à l'égard de mon client", déplore Vanderveeren qui évoque, en particulier, le volet naturalisation. "La commission aborde maintenant le fond du problème, à savoir les volets législatifs et judiciaires de la transaction pénale, ajoute-t-il. Mon client espère que l'agressivité exprimée à son égard par Monsieur Gilkinet va s'arrêter."

Cette fois, c'est donc bien l'homme qui est visé. Et, pour Me Pascal Vanderveeren, "l'immunité parlementaire ne protège pas le député qui s'exprime à tort et à travers dans la presse, car il met sa responsabilité personnelle en cause". Selon nos sources, il semble que Dirk Vandermaelen, le président de la commission Kazakhgate, soit, lui aussi, dans le viseur de Chodiev. Il est d'ailleurs cité dans le brouillon de l'assignation qui nous est parvenu, notamment pour avoir reproduit sur le site du SP.A un article du site Apache dans lequel Gilkinet déclare: "Cette affaire sent mauvais. Il est temps pour le Parlement de s'y atteler." L'assignation reprend aussi un extrait de l'interview accordée par Vandermaelen au Soir, le 7 janvier 2017, dans laquelle le président de la Commission affirmait: "On trouve le MR à tous les étages du Kazakhgate."

Remarquons que la plainte contre le député Ecolo intervient dans un contexte où celui-ci est particulièrement ciblé politiquement, surtout par le MR. Le brouillon que nous avons reçu date du 13 avril. Or, le 23 avril, sur le plateau de l'émission C'est pas tous les jours dimanche de RTL-TVi, le député-commissaire MR Damien Thiéry n'y est pas allé de main morte en s'adressant à Gilkinet: "Vous envoyez continuellement des missiles sur Didier Reynders, mais faites attention, car un jour, un missile pourrait avoir un souci de production et risquerait de vous sauter à la figure", l'a-t-il menacé. Coïncidence? Par ailleurs, les avocats de Chodiev ont envoyé un courrier à plusieurs médias qui ont interviewé Gilkinet ou Vandermaelen. Notamment la RTBF. "Il s'agit d'une lettre d'influence d'avocats", explique Jean-Pierre Jacquemin, directeur de l'info à la RTBF, pour qui cela n'entame en rien la volonté d'investigation de ses journalistes dans ce dossier.

Hier, le site Intelligence Online, souvent bien informé, révélait aussi qu'un cabinet de renseignement d'affaires américain aurait été mandaté par les avocats de Chodiev pour les épauler dans leur plainte contre la Commission parlementaire. D'après IO, ce bureau se serait penché en particulier sur Georges Gilkinet. Si l'on ajoute à tout cela, comme l'a évoqué le magazine Médor, la multiplication des fake news kazakhs - via des sites mercenaires comme Open Source Investigation qui essaye de discréditer le travail de la Commission et de son président en particulier -, on se dit que les travaux de la Commission parlementaire et de certains de ses députés dérangent beaucoup.

Ci-dessous, retrouvez la première et la dernière page du brouillon de la plainte en anglais.

Nos partenaires