Jan Jambon applaudi par toute la Chambre grâce à Filip Dewinter (vidéo)

22/01/15 à 19:40 - Mise à jour à 20:10

Source: Belga

Une fois n'est pas coutume, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a été applaudi jeudi par l'ensemble de la Chambre après avoir remis à sa place le député Filip Dewinter.

Jan Jambon applaudi par toute la Chambre grâce à Filip Dewinter (vidéo)

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. © Belga

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) s'est fait applaudir jeudi sur tous les bancs de l'assemblée, jusqu'au PS, fait inédit après les controverses qu'il a suscitées, lorsqu'il a remis à sa place le député Filip Dewinter (Vlaams Belang) qui a une nouvelle fois dénoncé le Coran comme "l'origine de bien des maux" qui menacent la société occidentale.

"Vous ne trouverez personne dans cet hémicycle pour vous soutenir sur la ligne de démarcation que vous tracez", lui a lancé Jan Jambon. Le député d'extrême droite souhaitait savoir jeudi à la Chambre comment le gouvernement comptait appréhender le phénomène des imams radicaux et des mosquées où l'on pratique un islam radical. Il a dit ne rien retrouver à cet égard dans les douze mesures du plan d'attaque du gouvernement contre le radicalisme, agitant un coran en lequel il a dit voir "l'origine de bien des maux, la source de toutes les fâcheries et un permis de tuer ('licence to kill')".

Le ministre a tenu, formellement, à opérer une distinction entre les mosquées reconnues et les mosquées non reconnues. Il a rappelé que la reconnaissance ressortissait à la compétence des Régions, donc un autre niveau de pouvoir.

Quant aux mosquées non reconnues, il revient aux bourgmestres d'agir en cas de problème, a-t-il souligné.

Ceci étant dit, Jan Jambon a fait observer que Filip Dewinter agitait "un livre que bon nombre de gens respectent, qui plus est, un livre saint, dans le but de s'aliéner toute une communauté". Le ministre a précisé qu'il y avait effectivement "des éléments radicaux et trop radicaux" qu'il fallait appréhender. "Mais vous ne trouverez aucun autre parti dans cet hémicycle pour vous soutenir sur la ligne de démarcation que vous tracez", a-t-il enchaîné.

En savoir plus sur:

Nos partenaires