Jambon compare les terroristes aux juifs cachés durant la guerre

14/04/16 à 10:47 - Mise à jour à 10:46

Source: Knack

Le journal israélien Haaretz a tiqué sur une phrase prononcée par Jan Jambon lors du JT de samedi de la chaîne flamande VTM. Le ministre y compare les terroristes qui ont réussi à échapper à la police aux juifs qui se cachaient durant la guerre.

Jambon compare les terroristes aux juifs cachés durant la guerre

© Belga

Samedi dernier, le ministre Jan Jambon était l'invité du JT de la chaîne VTM. À la question de savoir comment les auteurs des attentats de Paris avaient pu se cacher durant autant de temps à Bruxelles, Jambon répond : "Celui qui est en fuite et qui reçoit le soutien de la population peut rester cacher longtemps. Parfois je compare ça aux juifs de la Seconde Guerre mondiale. Certains juifs ont pu rester dans la clandestinité durant quatre ans et c'était sous un régime atroce qui n'avait de cesse de débusquer les gens. Et ils ne les ont heureusement jamais trouvés."

'Choquant'

Haaretz écrit que cette phrase est passée relativement inaperçue jusqu'à ce que l'échevin anversois de l'enseignement Claude Marinower (Open VLD) en entende parler. "Lorsqu'on m'a raconté ce qu'il avait dit, j'ai cru que c'était une blague" dit-il au site juif Regards. "J'ai alors demandé à voir la vidéo et je n'ai pu que me rendre à l'évidence que Jambon avait bel et bien prononcé cette comparaison douteuse. C'est impensable et choquant pour tous ceux qui ont caché des juifs alors qu'ils risquaient leur vie. Comment peut-on comparer les djihadistes qui se cachent aujourd'hui avec des juifs innocents qui fuyaient les nazis?" "Je vois bien plus d'accointances avec les nazis qui se sont cachés des années durant en Amérique du Sud" précise encore Marinower sur son propre site web.

La mécanique de la clandestinité

Haaretz revient aussi sur la sortie de Jambon concernant la collaboration. En octobre 2014, Jambon a dit dans une interview dans La Libre Belgique et La Dernière Heure que la collaboration était une faute, mais que "les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leur raison".

Tout comme alors, Jambon s'est excusé pour ses paroles. "Je ne compare pas les juifs avec les terroristes. J'ai simplement évoqué un épisode historique de notre pays. Cacher ces personnes était quelque chose de positif. Ce qui se passe aujourd'hui à Bruxelles ne l'est pas. Ce passage ne parlait que de la mécanique derrière la clandestinité, précise son porte-parole Olivier Van Raemdonck dans Het Laatste Nieuws.

En savoir plus sur:

Nos partenaires