Immigration marocaine : "On se serait cru à un congrès du PS"

18/02/14 à 13:56 - Mise à jour à 13:56

Source: Le Vif

Sarah Turine, échevine à Molenbeek et ex-coprésidente d'Ecolo, exprime le malaise qu'elle a ressenti lors du gala célébrant les 50 ans de l'immigration marocaine en Belgique. "La récupération politique était manifeste", dénonce-t-elle.

Immigration marocaine : "On se serait cru à un congrès du PS"

© Image Globe

Le Vif/L'Express : Vous avez assisté, hier soir au Bozar, à la réception officielle pour le cinquantième anniversaire de l'accord d'immigration belgo-marocain. Sur Facebook, vous dites avoir été heurtée par ce que vous y avez vu. Pourquoi ?

Sarah Turine : J'ai vu une nette surreprésentation socialiste. Dans son discours, Ahmed Laaouej a parlé de l'emploi, de l'économie... Sur la forme, c'était ambigu : parlait-il en tant que président de l'Espace Magh ou en tant que sénateur PS ? Il y avait clairement un mélange des deux. Ce même mélange s'est retrouvé dans le discours d'Elio Di Rupo. Comme Premier ministre, il est normal qu'il évoque l'action de son gouvernement, ainsi que des thèmes comme l'emploi et l'enseignement. Mais, alors, peut-être fallait-il ouvrir la scène à d'autres responsables, pour que l'ensemble des forces publiques du pays soient présentes sur scène. Là, c'était comme s'il n'y a qu'un seul parti que cet anniversaire préoccupait.

On pourrait rétorquer que le PS est mieux ancré que les autres partis dans les quartiers multiculturels de Bruxelles, de Liège et de Charleroi. N'est-il pas légitime pour les socialistes de vouloir récolter les dividendes de leur implication aux côtés des Belges d'origine marocaine ?

Libre aux socialistes de le penser, mais c'est de l'auto-crédo, ça. D'autres partis que le leur ont lutté pour accorder le droit de vote aux étrangers. D'autres partis que le leur se battent avec ténacité contre les discriminations. Ils ne sont pas tout seuls à se préoccuper des Belges issus de l'immigration marocaine ! Hier, c'était la soirée inaugurale des commémorations pour les 50 ans de cette immigration, mais parfois, on se serait cru à un congrès du PS. Pourtant, il s'agissait d'un anniversaire officiel. C'est le pays qui a signé cet accord avec le Maroc, ce n'est pas le PS. Agir de la sorte, ce n'est pas rendre hommage aux descendants de l'immigration marocaine, ni leur rendre service.

Ne réagissez-vous pas, avant tout, pour des motifs politiques, parce que vous êtes une élue Ecolo ?

Hier, beaucoup de gens ont ressenti un malaise. J'étais avec des amis qui ne sont pas du tout actifs en politique, et dont je sais qu'ils ne votent pas Ecolo. Ils ont eux aussi ressenti ce malaise. Ils se sont demandés : mais où est-ce qu'on est ici ?

Oseriez-vous dire qu'il s'agissait de récupération politique ?

Oui. C'était manifeste. Au cours de la soirée, deux salves de capsule vidéo présentées comme émanant de la société civile ont été diffusées. J'en ai compté 18, et parmi elles, 14 acteurs politiques. C'est ça, la société civile ? Le décompte, parti par parti, est assez éloquent : 7 PS, 3 MR, 2 Ecolo et 2 CDH. Les seuls de l'immigration marocaine étaient PS. Si l'on compare les socialistes et les libéraux, on comptabilise au moins trois ministres pour le PS : Laurette Onkelinx, Rachid Madrane et Fadila Laanan. Pour le MR, en revanche, alors que le ministre des Affaires étrangères provient de leur parti, seuls des parlementaires ont été retenus : Richard Miller, Alain Courtois et Jacques Brotchi. Si on ajoute à cela le discours extrêmement long d'Elio Di Rupo et celui d'Ahmed Laaouej, on ne peut que ressentir un malaise.

N'était-ce pas inévitable, en pleine campagne électorale ?

On est à quelques pas d'élections très importantes, c'est vrai. Je ne vais pas cracher dans la soupe. Chacun essaye de vendre ses idées, de présenter son projet. Tout le monde le fait, d'une manière ou d'une autre. Mais instrumentaliser à ce point un événement officiel... C'était offensant pour la communauté marocaine. Cela donnait l'impression que ce n'est pas l'Etat, mais le Parti socialiste, qui commémorait le cinquantième anniversaire. Ce qui est faux !

En savoir plus sur:

Nos partenaires