Il faut 8.000 heures supplémentaires pour l'apprentissage du français aux réfugiés

08/09/15 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Source: Belga

Isabelle Simonis, ministre de l'Enseignement de promotion sociale au sein du gouvernement Wallonie-Bruxelles, réclame l'ouverture de 8.000 heures supplémentaires pour l'apprentissage du français, heures destinées principalement aux réfugiés syriens. La Communauté française devra dégager 1,2 million d'euros dans son budget 2016.

Il faut 8.000 heures supplémentaires pour l'apprentissage du français aux réfugiés

© Belga

La ministre estime que le cours de promotion sociale est la première option en matière d'alphabétisation et d'apprentissage du français. "Nous avons déjà obtenu une augmentation de 10% avec le dégagement récent de 2.000 heures qui seront dispensées d'ici fin décembre", assure la ministre. Cette offre permettra l'ouverture de 20 classes et l'apprentissage du français à 500 personnes. Six emplois temps-plein seront créés pour assurer les formations. Une réunion est par ailleurs programmée mercredi entre la ministre de l'enseignement de promotion sociale, Fedasil et la Croix Rouge afin de déterminer géographiquement les zones prioritaires en fonction du dispatching des réfugiés. Les 8.000 heures supplémentaires seront dispensées dans le courant du premier semestre 2016. Cette mesure nécessite le dégagement d'un budget de 1,2 million d'euros. 30.000 personnes suivent annuellement les cours d'alphabétisation ou de français langue étrangère sur le territoire de la fédération Wallonie-Bruxelles. L'enseignement de Promotion sociale en forme et certifie plus du tiers via les 78 établissements répartis en communauté Wallonie-Bruxelles.

En savoir plus sur:

Nos partenaires